RTBFPasser au contenu
Rechercher

Comics Street : Dragman

BD
18 nov. 2020 à 12:45Temps de lecture2 min
Par Thierry Bellefroid

Qui ne se souvient du clip de ce morceau de Queen, dans lequel Freddie Mercury, déguisé en aguichante femme au foyer, semble réclamer d’être délivré de l’attente de son homme et des tâches ménagères, à moins qu’il y réclame plutôt la liberté de se travestir ? À l’époque, les hypothèses sur le sens de ce morceau s’étaient multipliées face aux interprétations possibles du fameux clip, d’ailleurs interdit de diffusion sur MTV pendant quelque temps. À la même époque, à peu près, Steve Appleby, auteur de BD britannique, vit à Londres, et se déguise en femme dès qu’il le peut.

Il ne fera son coming out que bien plus tard, profitant notamment d’un épisode d’une série qu’il publie dans le Guardian. Aujourd’hui, habillé en femme du matin au soir, mais marié et père de famille, il vit en paix avec son identité trans. Et il a travaillé 18 ans sur un roman graphique de 350 pages intitulé ''Dragman'', qu’on pourrait traduire par ''L’Homme Trans''.

Dragman, ça sonne comme Batman ou Superman !

Et c’est voulu. Dans une ville de Londres un peu décalée et vraisemblablement futuriste, les super-héros sont légion. Ils ont tous leur costume, leur spécialité, leurs comics ou leur série télé dédiée. Et les habitants doivent souscrire à une police d’assurance spéciale s’ils veulent espérer un jour être sauvés par l’un de ces super-héros aux pouvoirs plus improbables les uns que les autres. Il y a Dog Girl, La Fille-Chien, et son incroyable odorat, Fly Paper, le Papier Tue-Mouche, dont la glu est bien difficile à enlever mais qui peut vous sauver de la chute d’un dirigeable. The Believer, Le Croyant, qui fait advenir tout ce en quoi il croit, mais qui en est arrivé à un point de sa vie où il ne croit plus en rien et noie son chagrin dans l’alcool.

Et Dragman, dans tout ça ?

Eh bien c’est un brave père de famille, August, qui depuis l’adolescence, aime se déguiser en femme. Comme l’auteur lui-même, le déclic s’est fait lorsqu’il a un jour trouvé un bas de sa mère sous un coussin et l’a enfilé. Mais à la différence de l’auteur, ça lui a donné un superpouvoir, celui de voler. Pas de chance pour lui, sur sa route, il y a The Fist, Le Poing, une brute épaisse bien homophobe, qui n’a aucune intention de le laisser entrer au club des super-héros.

Comédie, satire, quel est le registre de cette BD ?

Steve Appleby joue sur tous les registres ! Le polar : Dragman et Dog Girl vont traquer un tueur en série qui s’attaque aux trans de Londres. La satire politique : on parle de pays à vendre, de politiciens sponsorisés, de brevets confisqués. La critique sociale, surtout : tout au long de ses 350 pages, ''Dragman'' est un plaidoyer pour la différence mais aussi une charge en règle contre un monde placé sous la coupe des marques où l’on vend littéralement son âme. Le tout, entre poésie et comédie, burlesque et absurde. Bref, si vous en avez marre des super-héros façon Marvel, voilà une belle alternative !

''Dragman'' de Steve Appleby, Denoël Graphic

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Sur le même sujet

Comics Street : Underground, Rockers Maudits et Grandes Prêtresses du Son

Comics Street : Halifax, Mon Chagrin

Articles recommandés pour vous