RTBFPasser au contenu
Rechercher

Comics Street : Corto Maltese, Océan Noir

08 sept. 2021 à 11:45Temps de lecture2 min
Par Thierry BELLEFROID

Si vous habitez Bruxelles, vous avez peut-être vu cette affiche pour la Fête de la BD, avec un célèbre personnage portant une casquette de marin et un anneau à l’oreille : Corto Maltese. On la doit à Bastien Vivès. Et ce n’est pas par hasard, Corto sera très présent à cette fête de la BD.

Une exposition en plein air est consacrée au célèbre personnage d’Hugo Pratt qui est l’un des pères fondateurs de la bande dessinée moderne. Elle prend place sur les grilles du Parc de Bruxelles, en face du Palais Royal, à partir de demain, 9 septembre, et pendant un mois. Mais pourquoi une affiche dessinée par Bastien Vivès, me direz-vous ? En réalité, l’auteur du ''Goût du chlore'', de Polina – adapté au cinéma – ou encore de la série type manga ''Last Man'' avait jusqu’ici centré son travail sur deux pôles : l’intime d’une part, la baston de l’autre. Eh oui, aussi à l’aise dans des histoires sur le trouble amoureux que dans des fresques inspirées du jeu vidéo dont il est un grand consommateur, Bastien Vivès semblait très loin du monde d’Hugo Pratt. Jusqu’à ce que, cet été, les premières images de sa reprise de Corto Maltese commencent à fuiter sur les réseaux.

D’autres avaient déjà repris le personnage, c’est vrai et leur reprise aura bientôt une suite. Ici, aidé du scénariste Martin Quenehen avec qui il avait déjà signé un album, Vivès s’offre un plaisir personnel : celui de transposer Corto dans le monde moderne, juste pour une aventure. Ça ne plaira pas à tout le monde ; nous sommes en 2001, il y a vingt ans, donc, et les tours du World Trade Center vont d’ailleurs s’inviter dans cette chasse au trésor où Corto est présenté comme un pirate un peu rêveur, débarrassé des notions de morale ou des idéologies de son époque. Un homme libre, quoi ! Un homme qui compose d’ailleurs avec pas mal de rôles féminins qui ne sont pas là pour faire de la figuration. Et ça marche. Bastien Vivès a su, en quelques traits, trouver les signes qui rendent son Corto crédible dans ce monde moderne que le héros n’a pas connu sous la plume de Pratt. Avec son scénariste, il joue sur les archétypes de la série. Son héros est iconique, sexy, philosophe, terriblement sentimental et toujours insaisissable. Si vous aimez qu’on bouscule l’amour un peu nostalgique que vous portez à un personnage de votre jeunesse, tentez cet ''Océan Noir''.

''Corto Maltese, Océan Noir'', par Bastien Vivès et Martin Quenehen (d’après Hugo Pratt) chez Casterman

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

Comics Street : Le Nageur Solitaire

Comics Street : Noir Burlesque

Articles recommandés pour vous