RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Comblain : faut-il reboucher l’ancienne carrière ?

Faut-il vraiment reboucher l’ancienne carrière Julémont à Comblain-au-pont ? La commune a besoin d’un endroit pour déverser ses déchets inertes. Les entasser dans une ancienne carrière semble logique, mais l’endroit a depuis longtemps été recolonisé par la nature. Des riverains préféreraient le conserver tel quel. L’enquête publique a débuté. Elle se termine fin du mois.

La commune a besoin d’un endroit où entasser ses inertes

Entre Comblain et le hameau de Mont, la rue Havée-Madeleine passe au-dessus d’une ancienne carrière aujourd’hui reboisée. L’endroit est joli et connu des amateurs de trial. Sur la gauche en montant, un panneau jaune signale le début qu’une enquête publique commence. La commune veut reboucher la partie gauche du trou, sur laquelle elle détient un bail emphytéotique. Selon la délibération du conseil communal, il s’agit d’y mettre des déchets inertes.

"Il est vrai que le site est très beau" admet l’échevin Georges Van Gossum. "Des gens disent que c’est dommage de le remblayer. Mais nous, on ne fait pas ça pour notre plaisir. Les terres, si on ne les met pas dans un dépôt – des bonnes terres hein – si on ne les met pas dans un dépôt communal, on va devoir aller les mettre chez un privé qui va nous réclamer de l’argent. Dans les communes voisines, qui n’ont pas d’endroit où mettre leurs déchets inertes, ça coûte entre 30 et 50.000 euros par an. Là, on a notre petit dépôt qui arrive à saturation. C’est pour ça qu’on essaie de trouver une solution. Et qui en pâtit si on ne trouve pas de solution ? Eh bien c’est le budget de la commune !"

C’est sauvage, il y a du gibier, assure la voisine

La carrière a été exploitée jusqu’à la fin des années trente. La descendante des anciens propriétaires habite encore à côté. Denis Dewit aimerait autant que la commune renonce à reboucher ce qu’ont creusé ses ancêtres : "c’est un patrimoine qu’on va nous enlever. C’est un endroit sauvage. Il y a du gibier qui le fréquente. C’est une belle nature. C’est joli. Ça pourrait servir autrement que comme trou à bêtement remblayer. Deuxièmement, avec quoi va-t-on reboucher ? Avec quel genre de matériaux ? J’ai peur que ce soit polluant et aussi que ceux qui déverseront manquent de vigilance. Au téléphone, on m’a parlé de deux ou trois camions par semaine et on m’a dit que ça ne me dérangerait pas. Oui mais, ça, ça veut dire que la commune n’a pas tant de terres que ça à déverser. Elle pourrait trouver une autre solution plutôt que d’utiliser pour ça un site si joli."

L’échevin Van Gossum souligne que le point a été voté à l’unanimité du conseil communal. Les citoyens peuvent consulter le dossier et écrire leurs remarques avant le 31 août prochain.

Articles recommandés pour vous