RTBFPasser au contenu

Monde

Colombie : la justice ordonne de mieux protéger les ex-guérilleros des FARC

Carte de la Colombie (illustration)

La justice colombienne a ordonné au gouvernement de mieux protéger les anciens guérilleros des FARC, signataires de l’accord de paix de 2016 et cibles depuis lors de nombreux assassinats.

Dans un jugement rendu public vendredi, la Cour constitutionnelle a estimé que les "droits fondamentaux à la vie, à l’intégrité personnelle et à la paix" des anciens rebelles "ont été ignorés" par l’Etat colombien.

Près de 300 ex-combattants de cette guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie ont été assassinés depuis l’accord de paix historique signé en 2016 avec le gouvernement.

Compte tenu "du nombre élevé de signataires de l’accord de paix qui ont été victimes d’homicides et du faible niveau d’application des […] garanties de sécurité pour les démobilisés, la Cour a également décidé de déclarer l’état de fait inconstitutionnel", a annoncé la juge Cristina Pardo dans une présentation virtuelle de l’arrêt.

Ce mécanisme est activé en cas de violations graves des droits fondamentaux et d’incapacité avérée de l’État à protéger les victimes.

Archive JT d’août 2019 :

Colombie : des Farc reprennent la lutte armée

JT 13h

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Cour constitutionnelle a ordonné au gouvernement d'"adopter des mesures qui lui permettent de respecter de manière globale, coordonnée et articulée les garanties de sécurité prévues par l’accord de paix", a expliqué la juge Pardo.

La décision prévoit la création d’une Chambre spéciale de contrôle au sein de la Cour pour vérifier le respect des ordonnances émises dans son arrêt de vendredi.

Elle a également demandé à l’Unité de protection nationale, organe étatique chargé des dispositifs et escortes de sécurité pour les personnes menacées, de réévaluer le risque encouru par les ex-guérilleros et de prendre de nouvelles mesures pour les protéger.

L’un des principaux conseillers à la présidence colombienne, Emilio Archila, a critiqué la décision, s’engageant cependant à la respecter.

Le gouvernement du président conservateur Ivan Duque est très critique sur l’accord signé en 2016 par son prédécesseur, Juan Manuel Santos, avec ce qui était autrefois la guérilla la plus puissante des Amériques.

Au pouvoir depuis 2018, le président Duque a tenté sans succès de réformer ce pacte de paix via le Parlement, critiquant en particulier le système de justice spéciale qui enquête sur les crimes commis pendant le conflit de près de six décennies.

Les FARC ont été dissoutes et désarmées, pour créer un parti de gauche aujourd’hui politiquement très faible.

Selon les autorités, des dissidents des FARC ayant repris les armes et divers groupes armés rivaux sont responsables des assassinats des ex-guérilleros.

Sur le même sujet

06 févr. 2022 à 06:59
1 min
05 févr. 2022 à 11:00
2 min

Articles recommandés pour vous