RTBFPasser au contenu
Rechercher

Collecte des PMC en porte-à-porte : les employés d'Idelux vers une grève?

28 déc. 2021 à 15:26Temps de lecture1 min
Par Jordane Meyer

Les chauffeurs de l'intercommunale Idelux sont en colère. Depuis octobre, ils ramassent les PMC (Plastiques-Métaux-Cartons) en porte-à-porte. Seul hic, ce nouveau métier ne serait pas assez revalorisé selon eux. Ce mardi 28 décembre, ils ont manifesté en front commun syndical. Ce qu'ils veulent : une augmentation salariale et du matériel adéquat.

"Notre action concerne notre personnel chauffeur d'Idelux, explique Dominique Wilkin, secrétaire régional de la CSC Services Publics. Il s'agit d'un nouveau métier mis en place en octobre depuis la collecte des PMC en porte-à-porte, qui étaient auparavant collectés dans les parcs à conteneurs. Idelux a engagé du personnel en suffisance pour assurer cette mission, que ce soient des chargeurs et des chauffeurs. Mais le salaire nous pose problème." En effet, selon le syndicaliste, les employés sont payés 11,60 euros de l'heure, contre 16 euros dans le privé. "De plus, pour attirer de nouvelles personnes dans l'équipe, on paye plus cher les nouveaux arrivants que ceux qui ont de l'ancienneté. Dans les arguments que la Direction nous oppose, on nous dit qu'il y a un package salarial, une assurance groupe, une assurance hospitalisation et des avantages extra-légaux. Mais tout cela cumulé ne couvre pas le différentiel avec le secteur privé. Nous souhaitons une augmentation de 3,50 euros de l'heure pour arriver au même barème que dans le privé." 

Vers des actions de grève en janvier?

Les chauffeurs et chargeurs estiment donc ne pas être assez valorisés. Ils demandent également plus de sécurité. "Nous travaillons en toutes circonstances et par tous les temps, affirme un employé. J'aime mon métier mais pas ce que je vois sur le terrain. Il nous faut des chaussures adaptées par temps de pluie, des gilets fluorescents par temps de brouillard."

Au total, 35 travailleurs sont concernés sur les sites de Tenneville, Habay et Saint-Vith. "Si nous n'obtenons pas gain de cause, de nouvelles actions seront prévues en janvier. Nous attendons d'être convoqués à la table des discussions. Dans le cas contraire, il n'est pas exclu que le préavis de grève qui a été déposé soit activé." 

Articles recommandés pour vous