RTBFPasser au contenu

Colère en France, deux statues du Général De Gaulle vandalisées

15 juin 2020 à 13:062 min
Par Esmeralda Labye

Ce week-end, deux statues représentant le Général de Gaulle ont été salies, et recouvertes de peinture dans le Nord et en Seine-Saint-Denis.

Une statue du Général de Gaulle a ainsi été recouverte de peinture jaune, tout comme une plaque commémorative de la Bataille de Bir-Hakeim.

Loading...
Loading...

 

Philippe Dallier, ancien maire de la commune, juge cet acte intolérable. " Je ressens de la colère devant autant de crétinerie. S’en prendre au Général de Gaulle, l’homme du 18 juin 1940, du discours de la décolonisation dans le climat ambiant. " a-t-il expliqué à nos confrères d’RTL radio France. " On voit qu’à travers le monde, certains appellent à déboulonner toutes les statues, ça n’a aucun sens " déplore-t-il. L’homme dénonce encore la méconnaissance de l’Histoire de France. " Certains voudraient nous ramener à notre couleur de peau. Si les auteurs sont interpellés, j’espère qu’ils seront sanctionnés. "

La municipalité a décidé de porter plainte contre X.

La statue et la plaque ont été immédiatement nettoyées. Faites de bronze, la commune, a estimé qu’elles pouvaient se dégrader rapidement.

« Esclavagistes »

À Hautmont dans le Nord, une autre statue représentant de Gaulle a elle aussi été vandalisée. C’est ce qu’a relayé sur les réseaux sociaux, Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France.

Loading...

 

Sur le côté du piédestal, l’inscription "esclavagiste" avait été inscrite. Le président de la région appelle notamment à des sanctions fortes.

Les auteurs de ses dégradations n’ont pas encore été identifiés.

Plusieurs statues déjà détruites

Depuis la mort de l’afro-américain Georges Floyd et les manifestations qui ont suivi, les attaques ou actes de vandalisme envers les statues se multiplient, que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis.

Ainsi à Bristol, une ville du sud-ouest de l’Angleterre, une statue de Edward Colston, marchand d’esclaves, érigée en 1895 dans une rue qui porte son nom, a été arrachée de son piédestal, tirée avec des cordes, piétinée, puis jetée dans le port fluvial.

AFP

Dans le Massachussets, c’est une statue de l’explorateur italien Christophe Colomb qui a été décapitée. Et à Miami, une autre œuvre représentant le navigateur a été repeinte en rouge. Des inscriptions comme "Black Lives Matter" ("Les vies noires comptent") et "George Floyd"ont été rédigées.

 

Le "découvreur de l’Amérique", est souvent considéré comme une des figures du génocide des Amérindiens et des indigènes, dénoncé au même titre que les esclavagistes ou les généraux des troupes confédérées pendant la guerre de Sécession.

En République tchèque, Churchill a fait les frais de la vindicte populaire.

Une statue de l’ancien Premier ministre conservateur a été taguée avec les slogans "Black Lives matter" et "il était raciste", en solidarité avec le mouvement antiraciste américain.

A Londres, près du Parlement, l’inscription "il était raciste" a également été taguée dimanche sur le piédestal d’une statue de Winston Churchill, héros de la Deuxième Guerre mondiale.

Et chez nous, le débat fait rage autour de Léopold II. A Anvers, un bronze représentant le roi avec sa longue barbe et sa veste à épaulettes a été vandalisé.

Puis partiellement incendiée et recouverte de peinture rouge, symbolisant le sang versé par les Congolais, colonisés par les Belges.

AFP
AFP

Quelques jours plus tard, elle a été retirée du square pour être transportée dans les réserves d’un musée, où son état doit être "examiné".

Emmanuel Macron prêche "l’unité autour de la République"

Articles recommandés pour vous