RTBFPasser au contenu
Rechercher

Open d'Australie

Australian Open : les 9 moments clés de la saga "NoVax" Djokovic

Les 5 moments clés de la saga "NoVax" Djokovic
06 janv. 2022 à 10:13 - mise à jour 16 janv. 2022 à 07:40Temps de lecture6 min
Par Antoine Hick avec Christophe Delstanches

C’est LA saga qui fait trembler le monde du tennis depuis quelques jours. Numéro un mondial, tenant du titre et nonuple vainqueur de l’Open d’Australie, Novak Djokovic vit des moments difficiles. La faute à un statut vaccinal, à une mystérieuse "exemption médicale" qui aurait dû lui permettre de voyager jusqu’en Australie mais aussi et surtout une possible falsification d’un test Covid qui pourrait aboutir sur une suspension de 3 ans…

Retraçons les 7 moments clés de cette saga, de ses balbutiements à son dénouement… Loin des courts de tennis ?

Episode 1 : Novak Djokovic se dit "contre la vaccination obligatoire"

Novak Djokovic, numéro un mondial.

Genèse de cette affaire, la réticence de Novak Djokovic à se faire vacciner contre le Covid. En avril dernier, en marge du tournoi de Belgrade qu’il disputait quasiment à domicile, le Serbe avait déclaré : "Sur le sujet de la vaccination, je pense que tout le monde devrait être libre de prendre la décision de se faire vacciner ou nonJ’espère que ça ne deviendra pas obligatoire. Tout le monde devrait être libre de le faire ou non et chacun doit respecter ce choix."

Une prise de position claire et assumée. Et le début d’un gigantesque imbroglio puisque depuis, la crise sanitaire a encore pris de l’ampleur et qu’aux quatre coins de la planète, tous les sportifs passent un à un par la case vaccin.

Episode 2 : Vaccin obligatoire à l’Open d’Australie : Djoko dans une impasse ?

Quelques mois plus tard, ces déclarations, qui n’avaient jusque-là pas eu d’énormes conséquences sur la saison de Djokovic, prennent une tout autre importance.

En novembre, Craig Tiley, le directeur de l’Open d’Australie confirme ce que beaucoup attendent : la double vaccination sera obligatoire pour tout joueur ou joueuse désirant disputer le tournoi en 2022.

Djokovic se retrouve donc au pied du mur : Va-t-il se faire vacciner pour défendre son titre à Melbourne ? Va-t-il faire l’impasse pour assumer jusqu’au bout ses convictions ? Les rumeurs vont bon train mais le Serbe reste de marbre.

Les semaines s’écoulent, l’Open d’Australie se rapproche et on n’en sait toujours pas plus sur les vraies velléités du Joker.

Les 5 moments clés de la saga "NoVax" Djokovic
Les 5 moments clés de la saga "NoVax" Djokovic AFP or licensors

Episode 3 : Djoko s’envole pour l’Australie grâce à une "exemption médicale"

Mais il y a quelques jours, gros rebondissement. Alors que le temps avait fait son œuvre et que l’affaire semblait s’être tassée, Djokovic fait subitement la Une de tous les sites et journaux. La cause ? Une photo, dévoilée par le Serbe lui-même sur ses réseaux sociaux, où il pose fièrement devant ses bagages, quelques minutes avant de s’envoler pour l’Australie.

Une photo assortie d’une mystérieuse légende "Je pars pour l’Australie grâce à une exemption médicale. C’est parti pour 2022 !"

Un message laconique qui suscite l’émoi. Sur les réseaux sociaux, les internautes se déchaînent et le surnomment déjà "NoVax Djokovic". Pourquoi Djokovic bénéficie-t-il d’une telle exemption, accordée par un panel de médecins indépendants ? Souffre-t-il d’allergies ou de problèmes cardiaques inconnus jusque-là, qui pourraient justifier une telle dérogation ? A-t-il contracté le virus récemment ? Personne n’a la réponse.

De son côté, Djokovic n’en dévoile pas plus. Il a ouvert la boîte de Pandore et s’envole pour l’Australie l’esprit léger, laissant derrière lui une montagne de questions. Pourquoi Djokovic et pas un autre ?

Episode 4 : "Pas de justification, pas d’entrée chez nous"

Sauf que ce que Djokovic ne sait pas c’est que cette affaire a pris des proportions inimaginables et est même revenue aux oreilles du Premier ministre australien, Scott Morrison. Un Morrison qui a très mal pris l’entrée imminente d’un sportif visiblement non-vacciné sur son territoire… alors que les confinements drastiques s’enchaînent en Australie pour éviter la propagation du virus.

Dans un discours ferme et sans équivoque, Morrison prévient Djokovic… qui vogue alors dans son avion, à quelques centaines de kilomètres de là : "Comment a-t-il obtenu cette dérogation ? C’est bien simple. S’il ne la justifie pas en arrivant, il sera traité comme n’importe quelle autre personne et renvoyé vers son pays dans le premier avion."

Voilà qui a le mérite d’être clair. Soit Djoko s’explique, soit il rentre chez lui. Il ne le sait pas encore, mais son rêve de 10e victoire à Melbourne prend sérieusement du plomb dans l’aile.

Episode 5 : L’imbroglio autour du visa et une nuit à l’aéroport

L'hôtel dans lequel siège Novak Djokovic à Melbourne.

Sauf que Djokovic va de désillusion en désillusion et qu’il est freiné dans son élan… avant même de pouvoir justifier cette dérogation médicale. La faute à une erreur de visa qui le coince à l’aéroport dès son arrivée. Djokovic (ou un membre de son staff) avait en effet demandé un mauvais type de visa, voulant rentrer dans le pays avec un visa de travail… nécessitant l’accord du gouvernement victorien. Visa finalement refusé par le gouvernement en question.

Contraint de passer la nuit à l’aéroport, Djokovic a donc assisté de loin à une affaire qui prenait tout doucement pris des proportions politiques. Quelques heures plus tôt, son père avait en effet déclaré au média Sputnik Serbia que son fils avait été retenu en captivité pendant cinq heures. Des déclarations qui avaient fait bondir le président serbe, Aleksandar Vucic, qui avait accusé les Australiens de "mauvais traitement".

Episode 6 : Un juge ordonne la libération de Djoko, mais l’affaire n’est pas finie

10 janvier.

Ce lundi matin coup de théâtre dans le ciel australien. Un juge a ordonné la libération immédiate de Novak Djokovic, du centre de rétention où il a été placé. Une victoire, dans cette bataille qui oppose le numéro 1 mondial aux autorités australiennes.

Christopher Tran, un avocat du gouvernement, a toutefois prévenu que Canberra pouvait encore décider d’expulser Djokovic du pays, ce qui aurait pour conséquence de lui interdire toute entrée sur le territoire australien pendant trois ans.

Dernier épisode de la Saga "Novax", selon une enquête menée par le magazine d’investigation allemand, Der Spiegel, le test positif au Covid-19 du joueur Serbe pourrait avoir été falsifié.
Dernier épisode de la Saga "Novax", selon une enquête menée par le magazine d’investigation allemand, Der Spiegel, le test positif au Covid-19 du joueur Serbe pourrait avoir été falsifié. © Tous droits réservés

Episode 7 : Et si le test positif au Covid-19 du Serbe avait été falsifié ?

Selon une enquête menée par le magazine d’investigation allemand, Der Spiegel, le test positif au Covid-19 du joueur Serbe pourrait avoir été falsifié.

Officiellement, Novak Djokovic a été positif au Covid-19 le 16 décembre dernier. Un test qui a permis au numéro 1 mondial, d’obtenir une exemption médicale, de la part de la Fédération australienne de tennis. Un sésame importantissime lui offrant la possibilité de participer à l’Australian Open, sans être vacciné.

Seulement voilà, tout ne semble pas avoir été fait dans les règles. Pour le magazine allemand, Der Spiegel, le calendrier avancé par l’entourage de Djokovic pose question. Le média allemand révèle que ce test positif daterait du 26 décembre et non pas du 16 décembre.

Plusieurs éléments dans ce dossier sèment le trouble :

-L’horodatage du QR code du test positif correspond au 26 décembre et non pas au 16 décembre.

-Le numéro d’identification du test positif (7371999) est supérieur à celui du test négatif datant du 22 décembre (7320919).

-Le QR code du test positif affichait " résultat négatif " sur le site officiel de l’administration serbe, avant d’afficher " résultat positif " dans un second temps.

En cas de falsification avérée, le "Djoker" pourrait écoper de trois ans de suspension de la part de l’ATP.

Episode 8 : l’Australie annule de nouveau le visa de Djoko et ordonne son placement en rétention

14 janvier.

Le visa du joueur est une nouvelle fois annulé.

Cette décision a été prise "sur des bases sanitaires et d’ordre public", a précisé le ministre dans un communiqué. Le gouvernement australien "est fermement engagé à protéger les frontières australiennes, tout particulièrement dans le contexte de la pandémie de Covid-19", a-t-il ajouté.

Dans la foulée, Novak Djokovic a demandé à la justice d’empêcher son expulsion d’Australie. Les autorités australiennes ont accepté d’y surseoir jusqu’à ce que la justice ait statué sur son cas, a annoncé un avocat du gouvernement.

Cette deuxième annulation du visa implique que le joueur serbe, qui visait un 21e titre record du Grand Chelem à l’Open d’Australie qui débute lundi, sera interdit d’entrée dans le pays pendant trois ans, sauf dans certaines circonstances.

Episode 9 : la Cour Fédérale rejette l’appel du Serbe et ordonne de nouveau son expulsion

AFP or licensors

16 janvier.

La Cour australienne rejette le recours de Novak Djokovic contre son expulsion dans l’affaire opposant le joueur au gouvernement australien. Chacune des parties a pu défendre son point de vue pendant plusieurs heures, et les juges de la Cour se sont finalement prononcés contre le recours du joueur serbe. Cette décision des trois juges de la Cour fédérale est pratiquement impossible à contester.

Rappelons que cette décision stricto sensu implique également une interdiction d’entrer sur le territoire australien pendant trois ans.

"La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur", affirme la décision approuvée à l’unanimité par les trois juges, à la veille du début de l’Open d’Australie au cours duquel le Serbe comptait briguer un 21e titre record en Grand Chelem.

Autorisé à quitter le centre de rétention où il a été placé samedi, Djokovic a suivi l’audience en ligne depuis les bureaux de ses avocats. Une "finale" qui pourrait avoir des répercussions à long terme pour la carrière du Serbe de 34 ans, habitué aux matches à haute intensité.

Sur le même sujet

16 janv. 2022 à 10:27
Temps de lecture3 min
16 janv. 2022 à 08:03
Temps de lecture3 min

Articles recommandés pour vous