RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Cliniques Saint-Luc : inauguration du chantier de l’Institut Roi Albert II, un projet multidisciplinaire pour mieux soigner le cancer

Le chantier de l’Institut Roi Albert II aux Cliniques Saint-Luc
15 juin 2022 à 11:28Temps de lecture3 min
Par C. Biourge avec A. Pollard et A. Delpierre

Le chantier de l’Institut Roi Albert II a été inauguré ce mercredi matin sur le site des Cliniques universitaires Saint-Luc, en présence de Sa Majesté, lui-même.

Le Roi Albert II et Paola, accompagné de l’administrateur délégué des Cliniques St-Luc, est venu en personne inaugurer le chantier de l'Institut Roi Albert II.

Il faut dire que le Roi Albert II a largement parrainé ce projet dès ses débuts. Raison pour laquelle le futur institut porte son nom.

Les travaux (qui ont officiellement commencé le 24 janvier dernier) devraient durer plus de 2 ans, avec une ouverture au public prévue vers le troisième trimestre de 2024.

Une passerelle à double étage reliera la nouvelle construction au reste des Cliniques universitaires Saint-Luc.

La future passerelle qui reliera l’Institut Roi Albert II aux Cliniques universitaires Saint-Luc
La future passerelle qui reliera l’Institut Roi Albert II aux Cliniques universitaires Saint-Luc Cliniques universitaires Saint-Luc

Faciliter la vie des patients

Le futur bâtiment rassemblera les activités en cancérologie et en hématologie adulte et pédiatrique du centre hospitalier universitaire de Bruxelles. L’objectif est de créer un projet médical tourné vers la multidisciplinarité.

"On soigne des patients atteints de cancer depuis de nombreuses années. Nous fonctionnons en multidisciplinaire depuis plus de 30 ans, on a été assez précurseurs à ce niveau-là. Maintenant, l’architecture des cliniques ne répondait pas à tous nos besoins en termes de multidisciplinarité et donc, on a voulu mettre le patient au centre des soins", nous explique Charlotte De Valkeneer responsable administrative de l’Institut Roi Albert II.

Le futur Institut Roi Albert II aux Cliniques Saint-Luc

Concrètement, le futur institut est un projet complètement tourné vers le patient et son parcours : "Les patients atteints d’un cancer sont pris en charge par différentes équipes médicales, par différents métiers aussi (des coordinateurs de soins, les psychologues, les kinésithérapeutes, etc.). Le but est que les patients ne doivent pas se déplacer vers les différents experts, mais que ce soit les experts qui se regroupent autour du patient. Cette prise en charge par les différentes disciplines permet d’avoir une meilleure communication entre les différents intervenants, une meilleure coordination des soins et d’améliorer le parcours du patient", précise-t-elle.

L’idée est aussi d’augmenter "les espaces de bien-être pour le patient, tous les espaces de confort. Donc, on a des espaces d’attente qui sont très confortables, des espaces de détente, des espaces de discussion, des espaces de rencontre pour les enfants aussi car on accueille 25% de la patientèle belge. Le but est aussi de pouvoir offrir à tous nos patients pédiatriques et leur famille tout le confort qu’ils pourraient avoir dans leur maison. Donc avec des espaces salon aussi pour les familles, de l’animation, l’école pour les patients qui sont hospitalisés. Autrement dit toute une série d’espaces privilégiés pour le bien-être des patients et des familles, des proches".

Un espace dédié à la recherche

L’Institut Roi Albert II donnera également une large place à la recherche pour qu’elle soit mieux organisée et que les patients puissent bénéficier des dernières innovations.

"On a toute une unité de phase I, donc de la recherche de pointe, où il y aura aussi un laboratoire qui sera partagé par les chercheurs de la faculté et nos cliniciens pour permettre des interactions qui vont bénéficier rapidement aux patients", précise encore Charlotte De Valkeneer.

L’idée est aussi de pouvoir y accueillir davantage de patients (plusieurs dizaines de milliers) car les perspectives pour les prochaines années sont peu réjouissantes : "Un homme sur trois et une femme sur quatre souffriront d’un cancer avant leur 75 ans", rappelle l’administrateur délégué des Cliniques St-Luc, Renaud Mazy.

"La bonne nouvelle", selon lui, "c’est que l’on meure de moins en moins du cancer et qu’un jour, sans doute, le cancer deviendra une maladie chronique. On un, deux, trois, quatre cancers, mais on ne mourra pas du cancer, on mourra peut-être de vieillesse".

Un des deux premiers jalons d’un vaste projet de reconstruction

Le chantier de l’Institut Roi Albert II aux Cliniques Saint-Luc

Ce projet s’inscrit dans un vaste projet de reconstruction des Cliniques universitaires Saint-Luc (Programme Hôpital 2025) dont les bâtiments datent des années 70'. L’Institut Roi Albert II est un des deux premiers bâtiments (avec l’Institut de psychiatrie) en train d’être construits. Financièrement, cela représente "plus de 600 millions d’euros (dont 59 millions rien que pour l’Institut Roi Albert II, ndlr) pour la reconstruction complète, la rénovation de l’ensemble", précise l’administrateur délégué des Cliniques St-Luc, Renaud Mazy.

"Ce n’est pas du tout un pharaonique", ajoute-t-il, "on se base simplement sur les subsides que l’on a et ce qu’on peut investir de notre côté dans les Bâtiments. Cela va s’étaler sur pas mal d’années puisque l’on parle de 2030-2032 pour la fin des travaux".

Sur le même sujet

La Fondation contre le cancer lance une campagne de sensibilisation aux dangers des UV

Belgique

Aux USA, le prix élevé des soins de cancer ne semble pas améliorer pas le taux de guérison

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous