RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Trois

Classic Ciné : "Le Procès", le chef d'œuvre d'Orson Welles avec Anthony Perkins et Romy Schneider

15 juin 2022 à 06:41Temps de lecture1 min
Par Thomas Guiot et Pascale Navez

Cette semaine, Classic Ciné vous propose de redécouvrir le chef d'œuvre d'Orson Welles, Le Procès. Le réalisateur de légende adapte royalement le roman de Franz Kafka et propose une réflexion profonde sur le cinéma. Rendez-vous le mercredi 22 juin à 20h40 sur La Trois !

Que raconte ce film ? Joseph K. (Anthony Perkins) est un citoyen ordinaire. Employé dans une grosse entreprise, il reçoit pourtant un matin une assignation à comparaître au tribunal. Il se sait innocent, mais s'interroge tout de même sur le motif de l'accusation. Ses proches eux-mêmes commencent alors à douter de lui et le considèrent bientôt comme un criminel.

Après avoir dénoncé publiquement l'absurdité de cette convocation, Joseph fait appel à un avocat (Orson Welles), qui achève de le terroriser. Paniqué, Joseph se met à douter de sa possible culpabilité et tombe dans les bras de la belle Leni (Romy Schneider), la compagne de son défenseur.

Loading...

L'art d'Orson Welles à son paroxysme

Sorti en 1962, Le Procès d'Orson Welles est un véritable chef d'œuvre. Le réalisateur maudit donne une version magistrale du roman éponyme de Franz Kafka, qui met le doigt sur les absurdités de nos sociétés. Orson Welles dira de son film qu'il était son préféré, celui qui exprimait le plus ce qu'il ressentait personnellement. Là où Kafka dénonce les systèmes sociétaux, Welles critique les enjeux commerciaux des studios qui ont plusieurs fois défiguré ses films.

Orson Welles s'est permis des libertés par rapport au roman, changeant l'ordre des chapitres et modifiant la fin. Après qu'on lui ait volé son décor au cours d'un tournage en Yougoslavie, Orson Welles choisit de poursuivre dans la gare désaffectée d'Orsay à Paris. Les images, les cadrages, la lumière et les jeux d'ombres sont fabuleusement inquiétants. L'art de la mise en scène d'Orson Welles atteint ici son paroxysme.

Rendez-vous le mercredi 22 juin à 20h40 dans Classic Ciné sur La Trois !

© Tous droits réservés

Sur le même sujet

Classic Ciné : « Le corbeau » un film de Clouzot à découvrir sur La Trois

La Trois

Pourquoi "Fahrenheit 451", le film culte de François Truffaut, a failli ne jamais exister

La Trois

Articles recommandés pour vous