RTBFPasser au contenu

Musique - Accueil

Cinquante ans après, Paris commémore "LA" voix française: Edith Piaf

Cinquante ans après, Paris commémore "LA" voix française: Edith Piaf

Environ 200 personnes se sont rassemblées au cimetière du Père Lachaise à Paris, devant la tombe de la chanteuse, avant une cérémonie religieuse dans l'église où elle fut baptisée enfant.

Parmi les fans et proches de la star décédée à 47 ans se trouvaient notamment Marcel Cerdan junior, dont le père fut le grand amour d'Edith Piaf, et sa demi-soeur Denise Gassion, ainsi qu'une délégation du Japon et une autre de Suisse.

L'Eglise catholique, qui avait refusé des funérailles religieuses pour "la Môme", au motif qu'elle était divorcée et remariée, a célèbré un office à l'église Saint-Jean Baptiste, dans le quartier de Belleville, où elle est née et a été vite abandonnée par sa mère.

Cette messe a ouvert quatre jours de commémorations dans un quartier qui demeure populaire.

Une série de concerts, célébrant les chansons d'Edith Piaf dans dans tous les styles de musiques, devaient avoir lieu dans la soirée dans une rue adjacente et chaque soir jusqu'à dimanche.

Sur le fronton du 72, rue de Belleville, on peut lire cette inscription: "Sur les marches de cette maison naquit le 19 décembre 1915, Édith Piaf, dont la voix plus tard devait bouleverser le monde".

Edith Giovanna Gassion est née en réalité dans la maternité d'un hôpital tout proche.

Le quotidien du Vatican, L'Osservatore Romano, avait souligné au lendemain de sa mort que l'artiste avait vécu "dans le péché aux yeux de tous" et qu'elle était "le symbole d'un bonheur artificiel".

Eternelle midinette, l'artiste a passé sa - courte - vie à chanter l'amour et à le vivre, en véritable croqueuse d'hommes pas toujours tendre avec les femmes.

Première Française à conquérir l'Amérique, connue dans le monde entier pour "La vie en rose", Piaf a captivé le public. Par sa voix, mais aussi son intensité, accrue par l'économie de moyens déployés sur scène: un simple geste pour chaque chanson, une petite robe noire et un rond de lumière.

Son grand amour a été le boxeur Marcel Cerdan, disparu tragiquement en avion en 1949, alors qu'il venait la rejoindre à New York. Pour lui, elle avait écrit quelque temps auparavant le prémonitoire "Hymne à l'amour" ("Si un jour la vie t'arrache à moi...").

Elle a pulvérisé "tous les records: de séduction, de passions, de souffrances, de folies, de provocations, de dérives", écrit Robert Belleret dans sa récente biographie "Piaf, un mythe français".

Une quête éperdue de revanche pour ce petit bout de femme d'1m47 terrorisée par la solitude et qui ne s'aimait pas physiquement.

Si sa vie personnelle et professionnelle est semée d'épreuves et de tragédies (décès de sa fille Marcelle à deux ans, de sa mère dans le caniveau après une overdose...), Piaf développe en parallèle "une drôlerie, une fantaisie, un humour corrosif extraordinaire".

"Elle a un langage de charretier, des caprices incroyables, mène tout le monde à la baguette", précise son biographe.

Monument de la chanson et "rock star" avant l'heure, Edith Piaf meurt d'une hémorragie interne dans le sud de la France, le 10 octobre 1963, usée par les addictions, de lourdes interventions chirurgicales et une polyarthrite rhumatoïde.

Des dizaines de milliers d'admirateurs accompagnent son cercueil jusqu'au Père-Lachaise: un engouement qui ne faiblira pas jusqu'à aujourd'hui pour cette interprète de génie qui a parfois fait de l'ombre à ses autres talents: auteure méconnue, elle a pourtant écrit 80 chansons, dont "La vie en rose" et "L'hymne à l'amour".


Belga

Articles recommandés pour vous