RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Namur

Ciney : les souverains rencontrent des élèves de l’école d’agriculture

Pierre, Lucien et Hélène veulent devenir agriculteurs.
29 mars 2022 à 17:42Temps de lecture2 min
Par Gregory Fobe

Le roi Philippe et la reine Mathilde sont en visite ce mercredi à Ciney. Au programme : le traditionnel bain de foule vers 11h. Avant cette rencontre avec la population, les souverains se rendront à l’école provinciale d’agriculture et des sciences(EPASC). Cet établissement forme des agriculteurs depuis tout juste 100 ans. Plusieurs élèves vont participer à une table ronde avec le couple royal. L’occasion de parler de leurs rêves, de leurs projets mais aussi des contraintes d’une carrière dans le monde agricole. Lucien fait partie des privilégiés qui pourront s’entretenir avec le roi et la reine. Passionné, il est toutefois conscient qu’il s’oriente vers un métier très prenant : " Evidemment ça prend beaucoup de temps. Ce ne sont pas des journées qu’on commence à 8h et qu’on termine à 16 mais c’est une passion, alors on ne compte pas ! "

Ce métier très exigeant a beaucoup évolué en un siècle. Hélène veut travailler dans la ferme familiale et elle le sait, il faut se former : " quand j’aurai mon diplôme de secondaire, je voudrais m’orienter ensuite vers un bachelier en agronomie à Ath et pourquoi pas faire la passerelle et devenir bioingénieur. La formation c’est important et ça nous permet de faire de bons choix dans le cadre de la gestion de notre exploitation. Il faut tout faire pour éviter une faillite, ce qui ruinerait notre rêve ! "

Etienne Baijot, directeur de l’EPASC (Saint-Quentin) à Ciney.
Etienne Baijot, directeur de l’EPASC (Saint-Quentin) à Ciney. RTBF-Grégory Fobe

Etienne Baijot le directeur rappelle que ses élèves qui se lanceront dans une carrière agricole devront devenir de vrais chefs d’entreprise : " D’une part, ils doivent gérer des capitaux relativement conséquents, d’autre part, ils devront s’adapter en permanence à l’évolution du métier. Les techniques, les pratiques ne cessent d’évoluer notamment au niveau de la robotisation. "

Les motivations de ceux qui veulent se lancer aussi ne sont plus les mêmes qu’il y a 50 ans. Pierre rêve d’une agriculture plus verte, plus écologique : " Il faut moins travailler le sol pour lui permettre de se régénérer. D’autres projets peuvent aussi être menés pour améliorer l’image de la profession. Je pense notamment au fait de planter des haies le long des terres agricoles, même si ça comporte de solides contraintes pour l’agriculteur qui devra les entretenir."

Chaque année une petite vingtaine d’élèves sortent de cette école avec le projet de s’orienter vers une carrière agricole.

Ecoutez le reportage de Grégory Fobe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le gouvernement flamand annonce 8 millions d'euros d'aides régionales et européennes au secteur agricole

Regions Flandre

Articles recommandés pour vous