RTBFPasser au contenu

Regions

Cinéma flottant : l'Actor's boat est une épave

Cinéma flottant : l'Actor's boat est une épave
12 mai 2010 à 14:351 min
Par RTBF

Annoncé en grandes pompes en 2005 comme étant le projet du siècle à Bruxelles, l'Actor's boat pourrait ne jamais voir le jour. Ce cinéma flottant de 82 mètres de long aux trois salles de cinéma et salle de réception de type VIP devait s'amarrer quai des Péniches en 2007 d'abord, en janvier 2009 ensuite. Un an et demi plus tard, mai 2010, l'Actor's boat se fait plus fantomatique que jamais. La Région bruxelloise promet pourtant d'y injecter un million et demi d'euros sur les deux millions que coûtent le projet dans sa totalité.


Pour connaître les raisons de cet échec cuisant, on est tenté de pointer du doigt le responsable du projet, le Monsieur cinéma bruxellois, Claude Diouri. L'homme à la moustache n'a visiblement pas les moyens financiers pour démarrer ce chantier d'ampleur. "Il connaît quelques complications financières", confirme le cabinet de la ministre Brigitte Grouwels (CD&V), en charge du Port de Bruxelles et qui a déjà versé une avance de 50.000 euros. "Il a également des démêlés juridiques avec le promoteur."

"Je ne suis ni architecte, ni entrepreneur et encore moins marin. Je n'y connais rien en bateau. J'ai fait des erreurs dans le choix de mon équipe technique", nous a-t-il confié. "Un cinéma flottant nécessite une architecture et une acoustique particulières. Cela prend plus de temps que prévu."

Reste à savoir si l'Actor's boat, couvert de rouille, est encore aujourd'hui un projet réalisable. Au Port, on examinera le dossier lors du conseil d'administration de juin prochain. Le cabinet Grouwels, quant à lui, reste optimiste mais évoque tout de même le délai de la dernière chance. "Monsieur Diouri doit nous fournir une raison valable qui le pousse à postposer une nouvelle fois l'Actor's boat. Nous voulons y croire, donc nous lui accorderons une dernière chance. S'il échoue, il devra nous rendre les 50.000 euros que nous lui avons avancés."

Marina Carré

 

Articles recommandés pour vous