Chronique cinéma

Cinéma à la maison : on rit la bouche pleine avec Bourvil et Fernandel

© Tous droits réservés

24 févr. 2021 à 07:49Temps de lecture3 min
Par Céline Dekock

Comme tous les mercredis, Nicolas Buytaers nous propose d’excellents films à voir en DVD en attendant la réouverture des salles de cinéma.

La cuisine au beurre

​​​​​​Ce vendredi, nous commémorerons les 50 ans de la disparition de Fernandel. Nicolas Buytaers nous propose donc de revenir sur un film de 1963 qui réunit deux monstres sacrés du cinéma français, Fernandel, évidemment, et Bourvil. A l’aise à la fois dans les comédies et les drames, ils ont également chanté quelques drôles de chansons pour amuser la galerie.

Nous avons tous notre film préféré avec Fernandel, que ce soit "Le petit monde de Don Camillo" ou "Ali Baba et les 40 voleurs" ! Et celui que Nicolas Buytaers aime particulièrement, c’est "La cuisine au beurre" de Gilles Grangier, sorti en 1963. Grangier est passé maître des comédies où l’on cause bien, où les répliques fusent. Il faut dire qu’il en a tourné des comédies, notamment avec Jean Gabin et avec des scénarios de Michel Audiard. Il a donc le sens du rythme.

Du rythme et des quiproquos comme dans cette histoire de "Cuisine au beurre". On y retrouve Fernand Jouvin qui sort de plusieurs années de captivité en Sibérie. Bien des années après la guerre, il revient à Martigues. Et là, les surprises sont nombreuses. Non seulement, il ne s’attend pas à découvrir sa femme Christiane remariée… mais en plus, son restaurant a changé de nom. En effet, Christiane, croyant Fernand mort, a refait sa vie avec André, un Normand qui a transformé son restaurant en une table renommée. "À la vraie bouillabaisse" est devenue "La sole normande" ! Pour Fernand et André, une nouvelle guerre est déclarée…

Voilà donc une comédie pleine de mauvaise foi et de coups bas. Sans oublier l’accent chantant de Fernandel et cette réplique, alors qu’une cliente du restaurant demande à Fernand ce qu’il mangeait en Sibérie, celui-ci répond : "On mangeait froid, pardi !" Ce film est à (re) voir en DVD grâce à Studio Canal !

Loading...

Elémentaire mon cher… Lock Holmes

Holmes est l’un des personnages les plus joués, les plus mis en scène de l’Histoire du Cinéma (avec Jésus, Tarzan et Dracula). Et le héros de Sir Conan Doyle a connu tous les genres que ce soit le thriller, l’horreur ou la comédie. Ici il s’agit d’une des comédies les plus réussies. Elle nous raconte qu’en réalité Sherlock Holmes n’est qu’une invention, celle du Docteur Watson. Le bon docteur connaît un succès fou avec ses récits policiers mettant en scène le fameux détective à la pipe et au deerstalker. Le succès est tel que pour rendre davantage crédibles ses histoires, Watson engage un petit comédien pour jouer le grand Sherlock Holmes. Cet acteur raté se nomme Reginald Kincaid. Et il n’a rien pour lui : il est minable, alcoolique, joueur invétéré, menteur et coureur de jupons. Vous l’aurez compris, il va donner du fil à retordre à Watson, d’autant plus qu’au même moment, Moriarty tente de tuer les deux hommes.

Ce film est sorti en 1988 et il est désormais disponible en DVD et Blu-ray grâce aux Editions Elysées-Eléphant Films ! C’est réellement une excellente comédie pleine de fougue, de chutes, de portes qui claquent comme des bourre-pifs, portée par un duo comique des plus étonnants vu qu’il est composé de Ben Kingsley ("Gandhi") et Michael Caine ("Get Carter"), deux merveilleux acteurs britanniques surtout habitués à des rôles plus sombres, plus difficiles. Et ici ils s’en tirent plutôt pas mal. Quant à la musique, elle est quand même signée par Henry Mancini ("La panthère rose").

Loading...

Duelles

Nous sommes dans les années 60, dans un quartier chic de Bruxelles. Dans deux maisons côte à côte vivent deux familles qui s’entendent à merveille. Surtout les deux mamans, Alice et Céline, et leurs fils, Théo et Maxime. Ces deux-là grandissent comme des frères. Mais un jour, c’est le drame… et c’est toute la vie dans ces deux maisons qui va changer, entre suspicions et jalousies.

Inspiré du roman de Barbara Abel "Derrière la haine" publié en 2012, ce film "Duelles" est un drame admirablement joué par Anne Coesens ("Illégal") et Veerle Baetens ("Broken circle breakdown"), tendu et hitchcockien. Il est surtout incroyablement stylé et stylisé. Comme quoi le Cinéma belge, ce n’est pas que des histoires de vendeuses de gaufres le long de la Meuse (même si on aime ça aussi) !

A voir sur Auvio

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous