RTBFPasser au contenu

Cinéma

Cinecittà, 85 ans de rêve et de cinéma

Au bout de la via Tuscolana, dans le quartier de Don Bosco, au sud-est de Rome, se situent les studios de Cinecittà

Les célèbres studios italiens fêtent leurs 85 ans d’existence, entre périodes fastes et néfastes. Si tout a commencé pour célébrer la gloire du gouvernement fasciste de l’époque, aujourd’hui, ce lieu culte du 7e Art a inspiré… un parc d’attractions !

Il n’y a pas de fin. Il n’y a pas de début. Il n’y a que la passion infinie de la vie…

Cette réplique du film "La Dolce vita" de Federico Fellini résume à merveille l’univers des studios où il a été réalisé… Cinecittà ! Si Rome est la Cité éternelle, Cinecittà reste la Cité du cinéma. Même si on la surnomme la Fabricca dei Sogni… la Fabrique des rêves. Et pourtant, tout a démarré par un cauchemar, celui du fascisme. Nous sommes le 28 avril 1937, il y a 85 ans, quand le dictateur Benito Mussolini, il Duce, inaugure ces studios de tournage. Son intention ? Concurrencer Hollywood bien entendu mais aussi et surtout, utiliser la fiction cinématographique pour véhiculer des messages de propagande et vanter les mérites de ses actions. Le premier film tourné dans ces studios s’intitule "Scipion l’Africain" de Carmine Gallone. Commandé par le Duce en personne alors qu’il venait d’envahir l’Ethiopie avec ses troupes, ce film voulait (dé) montrer que face aux barbares, seul un homme fort (comme Mussolini) pouvait encore et toujours résister et, surtout, propager la grandeur de l’État italien. Juste un détail, Gallone a aussi réalisé à Cinecittà deux épisodes de la saga Don Camillo avec Fernandel. Deux salles, deux ambiances… ou plutôt deux plateaux, deux messages.

Loading...

Les films de propagande fasciste s’arrêteront avec la fin du régime de Mussolini. Bombardés pendant la guerre, à la sortie de celle-ci, les studios de Cinecittà servent de camps pour personnes déplacées. Dans les années 50, les Américains permettent aux studios romains de retrouver leur principale vocation en venant tourner leurs péplums, le genre à la mode. De "Quo vadis" à "Ben-Hur", plus de 150 films se déroulant dans l’Antiquité sont réalisés.

Loading...

Les années 60 sont synonymes de Westerns spaghettis… et riment aussi avec Fellini qui investira les lieux pour le plus grand bonheur des cinéphiles avec des chefs-d’œuvre comme "La Dolce Vita", "Huit et demi" et "Fellini Roma". Dans les années 70, c’est la télévision qui sauve les lieux en occupant ses studios.

Loading...

Depuis, quelques grands noms de la planète cinéma sont venus travailler à Cinecittà, s’inspirant de toutes ses histoires pour raconter les leurs. En vrac et dans le désordre, il y a eu Martin Scorsese pour "Gangs of New York", Alexandre Astier pour sa série "Kaamelott", Jonathan Mostow pour son film de sous-marin "U-571", Jean-Jacques Annaud pour "Le nom de la rose", Mel Gibson pour "La passion du Christ", Rob Cohen pour "Daylight" (dont l’action se situe quand même dans un tunnel à New York) et Blake Edwards pour "La panthère rose" ! Il faut dire qu’à Cinecittà, tout a été pensé pour vivre le cinéma, pour manger du cinéma, pour respirer du cinéma. Ses chiffres sont impressionnants. Cette fabrique à rêver, étalée sur 60 hectares, compte 73 bâtiments dont 21 plateaux de tournage et 16 théâtres, 75 km de rues, 3,5 hectares de jardins, 2 piscines (de gigantesques bassins pour les prises de vues maritimes), 3 restaurants et pas mal d’hôtels pour le personnel. Sans oublier ses entrepôts pour stocker des années de décors mythiques. Des entrepôts qui ont d’ailleurs brûlé suite à un court-circuit dans la nuit du 9 au 10 août 2007, pendant le tournage de la série "Rome". Ou quand la fiction rejoint tristement la réalité… la réalité du 18 juillet de l’an 64 !

Loading...

Aujourd’hui, vous pouvez visiter Cinecittà. La cité se situe via Tuscolana, dans le quartier de Don Bosco, au sud-est de Rome. Côté pratico-pratique, il vous suffit de prendre le métro, la ligne A, et de descendre à la station Cinecittà. Comptez environ 45 minutes de trajet depuis le centre-ville de Rome. Sinon, il y a toujours les bus 502, 503, 552 et 654. Une fois sur place, vous pouvez admirer tous ces merveilleux décors (le prix d’entrée est de 15 euros pour un adulte). Pour être réellement complet, la visite en français démarre tous les jours à 12 heures. Mais les plus jeunes, eux, seront certainement plus attirés par le Cinecittà World, le parc d’attractions qui s’est inspiré des studios. Situé, lui, dans la partie ouest de Rome, ce parc s’est ouvert en été 2014. Au programme : des reproductions de lieux de tournage, 19 attractions dites familiales, 16 attractions davantage destinées aux enfants, 3 attractions à sensations fortes et 1 piste de karting indoor.

L’une des montagnes russes de Cinecittà World
L’une des montagnes russes de Cinecittà World (DR)

Sur le même sujet

06 mai 2016 à 12:45
1 min
03 févr. 2015 à 12:07
2 min

Articles recommandés pour vous