Cyclisme

Cian Uijtdebroeks, grand espoir du cyclisme belge, a hâte de se frotter "aux courses qui grimpent"

Cian Uijtdebroeks, grand espoir du cyclisme belge, a hâte de se frotter aux courses qui grimpent

© ERIC LALMAND - BELGA

16 sept. 2020 à 14:03 - mise à jour 16 sept. 2020 à 14:03Temps de lecture1 min
Par Alice Devilez

Il a à peine 17 ans et est déjà considéré comme l’un des grands espoirs du cyclisme belge. Cian Uijtdebroeks était l’invité de Rodrigo Beenkens lors de l’étape du Tour de France de ce jeudi. C’est un jeune homme souriant, simple et bien ancré dans la réalité qui a répondu aux questions de notre journaliste.

Cian est arrivé à l’antenne au moment de l’ascension du Col de la Madeleine… des images qui le font rêver. "Naturellement, ça, j’adore ! Rouler dans les montagnes… Quand il y a des petites côtes en Belgique, ça j’aime déjà bien mais les vrais cols, ça j’adore ! […] J’ai déjà fait plusieurs stages dans les montagnes, je suis aussi allé à San Pellegrino avec Quick-Step cette année. J’ai déjà fait le Tour de l’Ain où il y avait aussi une étape qui terminait en haut du Grand Colombier."

Élevé dans un entremêlement de culture wallonne et flamande, le jeune est bilingue et connaît bien la Belgique en général. "Ma mère et mon père sont néerlandophones mais j’habite en Wallonie à Hannut. Je vais à l’école en Flandres, mais j’ai commencé le vélo dans une équipe francophone. Je ne roule dans une équipe flamande que depuis cette année. Donc j’ai fait toute ma 'petite carrière' en Wallonie."

Quels objectifs pour cette fin de saison particulière ? "En fait le problème est qu’il n’y a presque plus de courses de côtes et il n’y en a pas eu beaucoup jusque-là. La seule course qui serait encore bien pour moi c’est la Philippe Gilbert. Ça, c’est une course dans les Ardennes, qui grimpe quand même un peu. C’est encore un objectif de la saison."

Un jeune cycliste, Belge, surdoué. La tentation de comparer Uijtdebroeks à Remco Evenepoel guette tous les observateurs belges… Mais Cian a plutôt le profil d’un grimpeur qui peut aussi briller dans les chronos. Et dans les descentes ça donne quoi ? "Je me débrouille, mais je ne descends pas comme Julian Alaphilippe", dit-il en riant.

Cian devrait rester junior l’année prochaine, l’année suivante il verra s’il passe espoir ou professionnel et il devra choisir une équipe.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous