La couleur des idées

Christian Renonciat : « Je prétends faire une sorte de poésie par le détail, la précision »

Christian Renonciat

© Courtesy Christian Renonciat

20 janv. 2023 à 10:00 - mise à jour 20 janv. 2023 à 10:01Temps de lecture2 min
Par Tania Markovic

Ce samedi dans la couleur des idées, Pascale Seys reçoit le sculpteur sur bois Christian Renonciat à l’occasion de la première exposition personnelle que lui consacre la Galerie La Forest Divonne à Saint-Gilles du 12 janvier au 4 mars 2023, exposition intitulée Le Grain des Choses.

Visiter l’exposition de Christian Renonciat Le Grain des Choses revient à déguster en continu une madeleine de Proust, intention que Christian Renonciat revendique. Son sujet ? "La bibliothèque de sensations que chacun d’entre nous promène avec lui depuis sa petite enfance". Il s’explique : il met un point d’honneur à ce que ces sculptures ne représentent rien, ne racontent rien, même si elles prennent la forme d’"objets" qui nous sont familiers comme une couverture de laine. En l’absence de signification, l’œil qui regarde les œuvres devant lui se départit de sa fonction de "sens de l’esprit chargé d’analyser ce qui l’entoure" pour redevenir un sens du corps à part entière. Face à la sculpture, la sensation surgit. Non pas celle que provoque l’"objet" physique exposé mais celle de sa couverture propre, celle qui nous a accompagnée enfant. Adviens alors la réminiscence d’un toucher, tour à tour rugosité, douceur, chaleur ou fraîcheur selon chacun. Un peu comme un philtre d’amour qui aurait une odeur propre en fonction de celui qui le sent, celle de ce qui l’attire lui personnellement. Christian Renonciat s’adresse "à la maison d’enfance que nous portons tous en nous comme un escargot" selon les mots de Gaston Bachelard qui, dans la Poétique de l’espace, affirmait que "l’image de la maison est la topographie de notre être intime". Le fait que le sculpteur cite le philosophe français qui fut aussi poète, épistémologue, physicien et professeur de littérature française n’a rien d’un hasard, Christian Renonciat étant aussi à la croisée de plusieurs disciplines. Formé en philosophie à la Sorbonne au début des années 70, il a conservé de cet apprentissage initial "un modelage de la façon de penser". Il insiste : "la philosophie n’est pas tant un contenu qu’une forme rigoureuse". Dans cette optique, le passage de la philosophie à l’ébénisterie puis à la sculpture sur bois prend tout son sens. Dans sa discipline actuelle, Christian Renonciat modèle encore une fois, sa matière organique n’est plus cérébrale mais bois de tilleul, d’ayous, pin du parana… Des bois qui nous renvoient à notre intériorité, qui parlent à nos sens. Christian Renonciat a choisi le bois comme support car "il parle à notre corps, ou plutôt le corps se représente volontiers dans le bois, un matériau qui a la réputation d’être chaud alors qu’il ne l’est pas plus que le marbre mais qui a la caractéristique de nous renvoyer à notre chaleur".

 

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de l’entretien mené par Pascale Seys

La couleur des idées

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous