Tour de France

Christian Prudhomme décortique le parcours du Tour de France 2023 : "Si vous ne grimpez pas bien, vous ne pouvez pas gagner"

Christian Prudhomme analyse le parcours du Tour de France 2023

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

27 oct. 2022 à 11:04Temps de lecture2 min
Par Romain Langendries avec Samuël Grulois

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, s’est exprimé sur le parcours du cru 2023. Cinq grands massifs montagneux, quatre arrivées au sommet, le retour du Puy de Dôme, un seul chrono, pas de doute, ce Tour s’adresse aux purs grimpeurs.

Dans les grandes lignes, Christian Prudhomme a évoqué les nouveautés de ce tracé au micro de notre journaliste Samuël Grulois, outre le départ depuis le Pays basque. "La volonté c’est de montrer chaque année que le Tour peut se jouer partout. Cette volonté-là on l’a depuis longtemps. Elle s’exprime fortement pour 2023 car nous irons dans les cinq grands massifs, avec quatre arrivées au sommet dans quatre grands massifs différents (Alpes, Pyrénées, Jura, Massif central, Vosges)."

L’avant-dernière étape, souvent décisive, ne sera pas un chrono cette année et se jouera dans les Vosges pour la toute première fois : "C’est inédit, une dernière étape en ligne dans les Vosges à la veille des Champs-Elysées. Il y a déjà eu une étape dans les Vosges juste avant l’arrivée mais c’était un contre-la-montre qui a renversé le Tour 2020 avec Tadej Pogacar qui avait dominé Primoz Roglic à la surprise générale."

Autre nouveauté, il n’y aura qu’un seul chrono sur ce parcours : "Il y a déjà eu moins mais il y en a surtout eu plus auparavant. 22 km en montagne, avec la côte de Domancy, le point dominant des Championnats du monde de cyclisme de Haute-Savoie en 2027. Il y a une volonté de mettre en exergue ces Alpes du nord pour mettre en lumière ces futurs Mondiaux."

Un grand retour aussi, celui du Puy de Dôme, ce volcan endormi en plein Massif central au-dessus de Clermont-Ferrand, absent depuis 1988, va faire vibrer à nouveau les fans : "C’est un retour avec beaucoup d’émotions. Le Puy du Dôme, ce sont les racines du tour de France, c’est tout sauf un hasard. Je remercie toutes les autorités qui ont rendu ce retour possible mais la seule condition : pas de public dans les 4 derniers kilomètres. Pour monter, il n’y aura que les coureurs et l’organisation. La route fait 3,50 mètres de large, s’il y a du public c’est impossible."

Avec ces nombreux kilomètres dans les grands massifs, Prudhomme ne s’en cache pas, le Tour est taillé pour les purs grimpeurs : "Le Tour est toujours fait pour un grimpeur quoi qu’on en dise. Je rêverais qu’on retrouve comme il y a 60 ans un véritable affrontement entre les purs rouleurs qui résistent en montagne et les grands grimpeurs qui ne sont pas bons au contre-la-montre. Ça n’est plus le cas mais ça reviendra peut-être. Si vous ne grimpez pas bien, vous ne pouvez pas gagner le Tour de France."

Avec un seul chrono (trop peu pour attirer un certain Remco Evenepoel ?) et les rumeurs envoyant Pogacar et Jonas Vingegaard au Giro, Prudhomme reste serein et éteint l’incendie avant même l’arrivée des pompiers. "Méfiez-vous des rumeurs. Moi j’ai plutôt entendu que Pogacar voulait prendre sa revanche, je l’ai déjà entendu moult fois. Vingegaard va naturellement défendre son titre. Ça me paraît l’évidence au mois d’octobre, je pense que ça le sera aussi en juillet s’ils ne sont pas blessés."

Le Tour de France 2023, cette 110e édition, se déroulera du 1er au 23 juillet prochain et démarrera depuis le Pays basque.

Christian Prudhomme à Bilbao, là où s’élancera le Tour de France 2023
Christian Prudhomme à Bilbao, là où s’élancera le Tour de France 2023 © Belga Image

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous