RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 8/9

Chris Marques révèle son laborieux début de carrière : "J’ai mis 10 ans pour arriver où je suis"

Chris Marques pour "Si seulement vous saviez..."

Le 8/9

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 nov. 2021 à 09:48Temps de lecture3 min
Par François Saint-Amand

Le juge de la célèbre émission Danse avec les stars était l’invité du 8/9 pour parler de son autobiographie Si seulement vous saviez… qui évoque l’ascension difficile vers sa resplendissante carrière.

C’est dans un récit empli de sensibilité, d’émotion et d’humour que l’homme d’affaires, la star de télé, le champion du monde de danse, se dévoile.

Les strass et les vestes sensationnelles ne seraient alors qu’une infime partie de lui ? Comme le résume Chris, éternel optimiste, sa vie n’a été qu’une succession d’événements improbables ! Malgré la maladie, il a toujours cru en ses rêves et gardé le sourire.

Accompagné de sa partenaire de danse et de cœur Jaci, il a surmonté la peur des tireurs d’élite au fin fond de Cuba, assisté au repas des princes et des princesses à Disneyland et a toujours dansé, sans jamais se lasser…

10 ans de galère avant le succès

Derrière l’éternel et rayonnant sourire de Chris Marques, 43 ans, dans Danse avec les stars se cache en effet un passé plus sombre comme on l’apprend dans ce livre qui couvre principalement sa vie avant sa présence dans le jury de l’émission de TF1, à savoir depuis ses 18 ans jusqu’à l’année 2015-2016.

Même ses parents ont appris les dures épreuves qu’a surmontées le danseur franco-portugais. La plus contraignante ? Ses nuits passées à dormir dans la rue et dans une gare pour pouvoir travailler la journée et s’entraîner à la danse le soir, sans possibilité de rentrer chez lui.

"Comme cela se passait en Angleterre, il y avait beaucoup de choses que mes parents ne savaient pas du tout" révèle-t-il. Le triple champion du monde de salsa voulait en effet assumer son rêve qui exigeait certains sacrifices : "Je trouvais cela injuste de me plaindre auprès de mes parents qui ont tout donné pour que je puisse partir".

Chris Marques a d’ailleurs un message à transmettre à ceux qui espèrent comme lui, réaliser leurs rêves :

Quand on a des rêves il faut accepter que ce ne sera pas toujours une ligne droite vers l’aboutissement.

"Ce n’est pas marrant mais je suis content également d’en parler aujourd’hui car on est dans une époque où on a envie de ce succès immédiat. Les Anglais ont une phrase que j’adore : 'On met 10 ans à devenir un succès du jour au lendemain'. Je ne sais pas si je suis un succès, mais j’ai mis 10 ans à arriver où je suis aujourd’hui".

Loading...

Un homme persévérant

Il y a bien un mot qui caractérise Chris Marques : la persévérance. Il illustre cette qualité dans son travail… mais aussi en amour. Sa rencontre avec sa femme et partenaire Jaclyn Spencer est digne des plus beaux films d’amour. Il la rencontre lors d’une compétition et veut la revoir mais celle-ci disparaît après la soirée, il mettra des mois pour la retrouver.

Le résultat, Chris et Jaci filent le parfait amour depuis 25 ans. Si seulement vous saviez… relate aussi leur histoire. "Nous nous sommes rencontrés tous les deux à 18-19 ans. Nous ne nous sommes plus jamais quittés car nous avons passé tout ensemble : la carrière, le bon et le difficile".

Son opiniâtreté l’a aussi aidé à se relever de sa maladie, la fibromyalgie, qui se traduit par une fatigue extrême et dont il est parvenu à se débarrasser il y a 12 ans. "J’avais des rêves et ce n’est pas la maladie qui allait m’empêcher de le faire" résume-t-il. "Je n’aurais pas eu le courage d’en parler il y a 12 ans mais je voulais en parler aujourd’hui car les gens me connaissent comme quelqu’un de dynamique, qui vit bien et est heureux. Je voulais juste donner ce petit message : il y a quand même de la lumière au bout du tunnel".

Loading...

Chris invite Sara à danser

Chris Marques souhaitait tellement accomplir ses rêves de devenir un grand danseur qu’il a même refusé un job en or comme il le dévoile dans Si seulement vous saviez…

"Je ne perds jamais de vue mes objectifs et le métier que j’avais dans la technologie de l’information en général était uniquement là pour financer les compétitions, mes cours de danse et mon développement dans ma carrière artistique. C’était clair que prendre un contrat potentiellement à haute valeur (NDLR : un salaire de 250.000€ par an lui était proposé) aurait voulu que j’annule tout, je n’aurais plus pu danser. Quand on vous propose cela, c’est pour vous monopoliser sur des projets, ce qui est complètement normal, mais qui ne m’intéressait pas" justifie-t-il.

La preuve que l’argent ne fait pas le bonheur et qu’il faut vivre de ses rêves. Et en parlant de rêve, Sara De Paduwa en formule un à Chris Marques : danser pour sa célèbre émission.

La réponse du juge ne se fait pas attendre… il lui propose de venir danser sur scène lors de son spectacle Alors, on danse qui passera en Belgique en 2022 ! "Ce sera votre casting pour l’émission" lance-t-il. Un nouveau défi à relever pour Sara ?

Loading...

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Sur le même sujet

12 nov. 2021 à 14:37
Temps de lecture1 min
10 nov. 2021 à 10:27
Temps de lecture3 min

Articles recommandés pour vous