RTBFPasser au contenu

On n'est pas des pigeons

CHR de Liège : des consultations entièrement dédiées à la cigarette électronique

CHR de Liège : des consultations entièrement dédiées à la cigarette électronique

On n'est pas des pigeons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le CHR de Liège propose un traitement pour arrêter la cigarette… électronique ! Des consultations dédiées au vapotage ont été ouvertes, et il s’agit d’une initiative unique en Belgique !

Nous avons appelé Marie-Christine Servais, infirmière tabacologue au centre d’aide aux fumeurs au CHR de la Citadelle. Elle précise tout de même que la cigarette électronique est bien moins dangereuse que de continuer à fumer… Ce n’est pas dénué de risques, mais à partir du moment où c’est correctement encadré et que l’on ne reste pas sur le long terme en train de vapoter, les risques sont limités par rapport à la vape.

Des fumeurs qui veulent diminuer ou arrêter de fumer avec la cigarette électronique

Généralement, en consultation, les infirmières tabacologue se retrouvent face à des fumeurs qui veulent diminuer ou arrêter de fumer avec la cigarette électronique. Dans cette situation, ils sont encadrés et on les aide à utiliser correctement la cigarette électronique. Dans leur milieu professionnel, ces infirmières ont aussi affaire à des personnes qui, après plusieurs mois et plusieurs années, restent à la vape et qui n’arrivent pas à s’en sortir. " D’où notre idée de créer des consultations d’aide à l’arrêt de la cigarette électronique et d’aider ces personnes à sortir aussi de la vape puisque ça reste une dépendance et qu’à l’heure actuelle, on n’a pas suffisamment de recul pour voir les effets à long terme de ces liquides qui sont inhalés tous les jours ".

Pas de combustion pour la cigarette électronique, mais de la vapeur

Marie-Christine explique également que ce n’est pas la nicotine qui pose problème. Dans la fumée, il y a à peu près 4000 substances toxiques, dont notamment du monoxyde de carbone (CO), des goudrons, des nistrosamines. C’est tout cela qui est irritant pour les poumons. Dans la cigarette électronique, ce n’est pas une combustion, c’est de la vapeur. Il n’y a pas de monoxyde de carbone (donc de CO), qui est le premier risque cardiovasculaire. On n’a pas de goudron et de nitrosamines qui provoquent des cancers. On n’a pas toutes les substances irritantes qui provoquent la BPCO. Donc les risques sont limités pour la cigarette électronique. " Mais je le répète, sur le long terme, on n’a pas suffisamment de recul pour savoir le danger par rapport à cette cigarette électronique ", conclut Marie-Christine.

Articles recommandés pour vous