RTBFPasser au contenu

Cholestérol budgétaire

Cholestérol budgétaire
26 sept. 2016 à 09:092 min
Par Philippe Walkowiak

Les budgets régionaux (sauf Bruxelles) sont donc bouclés avec deux semaines d’avance sur le fédéral ; Flandre et Wallonie se sont empressées de faire savoir que " chez eux ", il n’y aurait pas de taxes nouvelles. La Flandre se targue de l’équilibre, la Wallonie d’un déficit qui permet de soutenir la croissance économique. Au sud du pays, on parle désormais de bon déficit comme les médecins évoquent par ailleurs le … bon cholestérol !!

Hypothèque

Fidèle à l’image cultivée de bon élève de la classe budgétaire européenne, la Flandre a présenté un budget 2017 à l’équilibre,  mais en tordant quelque peu les règles budgétaires… européennes.

En effet, la Commission souhaite que les dépenses d’infrastructures soient affectées en une seule fois dans les budgets publics. C’est notamment pour cela que le projet de tram à Liège a été replacé dans les cartons wallons.

Comme les années précédentes, la Flandre a de nouveau omis d’intégrer dans son budget le financement de ses hôpitaux mais surtout l’Oosterweel. Ce vaste projet de contournement autoroutier d’Anvers coûterait … 3,5 milliards €, 10% du budget total flamand !! De quoi plomber définitivement les comptes flamands. Le gouvernement Bourgeois (N-VA) préfère ne pas voir, tant il est vrai également que ce projet est très cher (sic) au cœur du mayeur d’Anvers (qui vous savez…).

De même, la Wallonie a-t-elle beau jeu de présenter son déficit comme " revendicatif " face au fédéral qui impose unilatéralement un taxshift impayable ou un financement contesté par les deux régions des infrastructures hospitalières mais aussi face à l’Europe, coupable d’une " austérité " aveugle.

Béat

A tout cela, le fédéral, son ministre des Finances en tête, a régulièrement repeint les perspectives en rose. Malgré les avis de la Cour des Comptes, du Bureau du Plan ou du Comité de Monitoring, les budgets fédéraux ont chaque fois été bâti sur des perspectives oscillant entre irréalistes et béatement optimistes. Résultat : le budget est forcément trop court.

Ce fut le cas lors de chaque épure budgétaire. Le plus bel exemple en est la hausse des accises sur les vins (+31%) et spiritueux (+41%). En agissant de la sorte, le gouvernement fédéral a benoîtement estimé que les consommateurs n’allaient pas changer de comportement et en espérait 220 millions €/an. Finalement, la mesure ne rapporterait que le quart escompté, a détruit des emplois dans ce secteur et a eu un effet néfaste global pour la grande distribution, puisque que le consommateur belge profite de ses achats en vins et spiritueux à l’étranger pour remplir son caddie.

Johan Van Overtveldt commence à irriter, y compris parmi ses ex-confrères du nord du pays (on n’ose imaginer ce qu’ils auraient écrit à propos d’un Didier Reynders encore aux Finances qui aurait agi de la sorte). Le ministre a été sommé de venir s’expliquer à la Chambre ce mardi, par le président… CD&V de la commission des Finances.

Les donneurs de leçons, les docteurs Diafoirus de la finance, ne font pas forcément les ministres les plus compétents…

 

 

@PhWalkowiak

Articles recommandés pour vous