RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Namur

Chauffeurs de bus ou de cars : trop peu de candidats malgré un salaire de plus de 2200 euros par mois

Il manque actuellement de chauffeurs de cars et de bus, une tuile pour les autocaristes alors que nous sommes en pleine saison touristique. "Il arrive que nous ne disposions pas des chauffeurs pour se glisser derrière le volant des cars réservés, C’est tout de même malheureux !" déplore Géry Bourdon, patron d’une société d’autocars de tourisme à Mariembourg.

Il arrive que nous ne disposions pas des chauffeurs pour se glisser derrière le volant des cars réservés

Pour tenter de faire face à la demande des patrons privés ou du secteur public (Transports scolaires, TEC, …), le Forem forme des stagiaires : des futurs chauffeurs de bus ou de cars. Mais même là, les candidats ne sont pas assez nombreux.

Lors de notre Immersion dans un centre de formation à Jemeppe-sur-Sambre, nous rencontrons un ancien cuisinier, Ryad, 53 ans. Il a décidé de changer de vie. "J’ai passé le permis théorique "D" avec succès", confie-t-il, "Maintenant je passe les manœuvres, j’espère les réussir pour enfin pouvoir circuler sur la voie publique et, par la suite, passer mon permis pratique".

Passage obligé par le simulateur

La conduite d’un car, c’est d’abord en maîtriser les dimensions. Dans l’apprentissage, la case "manœuvre" sur un terrain dédié est évidemment incontournableMais avant de prendre le volant sur la "vraie" route, l’élève peaufine sa maîtrise par un passage par le simulateur.

Le Forem forme des stagiaires. De futurs chauffeurs de bus ou de cars, mais ils ne sont actuellement que quarante en formation en Wallonie pour 300 postes à pourvoir.
L’apprentissage des futurs chauffeurs

Gaëtane, 29 ans, figure parmi les candidates. Elle a dévié de la route qu’elle s’était d’abord tracée "J’ai commencé comme vendeuse, puis après de petits boulots dans ce domaine, je me suis dirigée vers le gardiennage puis je me suis réorientée vers ce boulot, celui de conductrice de bus et de car". Elle est impatiente de se glisser derrière un volant. Ici, elle est derrière celui du simulateur dans une cabine virtuelle où elle évolue sur une route fictive avec des rétroviseurs qui sont des écrans. "Ici, je veille à son positionnement sur la chaussée et je constate qu’elle n’est ni trop à gauche, ni trop à droite. Pour moi, elle a donc une bonne conduite", valide son instructeur.

300 places vacantes 

Il y a actuellement 300 places vacantes dans le métier de chauffeur de bus ou de cars
sur toute la Wallonie, le Forem forme actuellement quarante stagiaires.

Sur le même sujet

Il manque environ 150 chauffeurs de bus scolaires à la veille de la rentrée, selon la FBAA

Belgique

Articles recommandés pour vous