Chaudfontaine : 30 caravanes résidentielles vont accueillir les sinistrés

Catherine Van Mulem et Marc Renwa sont impatients de s’installer dans les nouveaux espaces réservés aux sinistrés.

© Photo Marc Mélon – RTBF

26 nov. 2021 à 15:47 - mise à jour 27 nov. 2021 à 14:58Temps de lecture2 min
Par Marc Mélon

A Chaudfontaine, l’habitation de Marc Renwa a été inondée en juillet dernier. Il y a encore beaucoup de travaux à effectuer. "Nous devons couler la chappe ce mois-ci. L’électricité, la plomberie vont suivre. Les radiateurs doivent être installés. Des plaques Gyproc sont prévues", explique-t-il.

La famille va quitter le mobile-home

La famille Renwa vit dans un mobile-home où au quotidien les conditions sont pénibles. Marc Renwa poursuit: "C’est très déprimant. On se demande ce que l’on peut faire pour aller plus vite pour reloger notre famille, pour ne pas rester comme cela. En tant que Papa, ce n’est pas facile".

De la chaleur et de l’espace

L’éclaircie pour cette famille, c’est ce logement mis à disposition par la commune de Chaudfontaine. Le couple découvre. "C’est super, explique Catherine Van Mulem. "C’est beaucoup mieux que le mobile-home. Au moins, nous aurons chaud, de l’espace. Je trouve que c’est génial". Il faudra encore patienter quelques jours avant d’emménager. Marc Renwa est très heureux : "On se réjouit d’y rentrer. Ça à l’air tout cosy. On a de la place, c’est vraiment bien".

Les nouveaux espaces réservés aux sinistrés sont installés rue du cimetière à Chaudfontaine.
Les nouveaux espaces réservés aux sinistrés sont installés rue du cimetière à Chaudfontaine. Photo Marc Mélon – RTBF

Une contribution est demandée

L’entreprise Magotteaux met gratuitement le terrain à disposition pour une période de vingt-quatre mois. Trente structures seront donc disponibles. Les pouvoirs publics ont dégagé des fonds pour la mise en place. Daniel Bacquelaine, bourgmestre, explique : "Il y a la location pour six mois des infrastructures. Le montant est de 500.000 euros. Il y a aussi la réalisation du lotissement. On demande en contrepartie, 20% du revenu du ménage avec un plafond de 600 euros par mois. Les résidents ont accès çà l’électricité et à l’eau courante".

Beaucoup de boulot pour la cellule inondations

Malheureusement, pour l’instant, les sinistrés ne sont pas tous tirés d’affaires. Manuella Catot, coordinatrice de la cellule inondations de la commune de Chaudfontaine explique : "Nous avons encore 41 familles à reloger. Elles vont pouvoir intégrer les espaces qui vont arriver dans les prochains jours où il y a deux ou trois chambres. Il y aura aussi des espaces modulaires d’une chambre qui vont arriver en janvier".

La réquisition est possible

Il faut évidemment une solution pour chaque famille. "Il y aura encore des logements qui vont arriver. Et si vraiment nous sommes en difficultés, il y a la possibilité de réquisitionner une série de biens pour pouvoir reloger les citoyens qui seraient dans la difficulté", conclut Christophe Collignon, ministre wallon du Logement.

D’ici, quelques jours, les quatorze premiers modules placés actuellement seront occupés par des familles sinistrées.

Sur le même sujet

Inondations à Chaudfontaine, six mois après : "Nous avons un plan pour tenir compte des aléas d’inondations", affirme le bourgmestre Daniel Bacquelaine

Inondations 2021

La Wallonie dégage 30 millions pour créer des places d'accueil pour les publics fragilisés

Belgique

Articles recommandés pour vous