RTBFPasser au contenu
Rechercher

Charlotte Impératrice : II. L'Empire

charlotte
26 sept. 2020 à 05:30 - mise à jour 26 sept. 2020 à 05:51Temps de lecture2 min
Par schrauwenjacques

Une BD historique consacrée à la princesse Charlotte de Belgique, devenue impératrice du Mexique.

charlotte
charlotte dargaud

Charlotte de Belgique était la fille unique du premier roi des Belges, Léopold premier. La grande histoire retient d’elle le tragique de son destin. Mariée jeune à l’archiduc d’Autriche Ferdinand-Maximilien, un être fat et sans grand intérêt, charmeur et manquant d’ambition. Charlotte va être ambitieuse pour deux, et, grâce à sa beauté, à son entregent, à la position de la royauté belge sur l’échiquier politique européen, elle va permettre que l’empereur Napoléon III offre à son mari le titre d’empereur du Mexique. Tout cela nous était raconté dans le premier tome de cette série qui se plonge dans l’aventure de la grande Histoire.

charlotte
charlotte dargaud

Et dans ce deuxième tome, c’est cet empire mexicain qui est au centre du récit.

Dans ce Mexique tellement différent de l’Europe, dans ce pays moite, chaud, mais superbe, Maximilien se révèle tout aussi inutile, cavaleur, falot qu’en Europe, incapable de voir la réalité, de prendre des décisions, laissant le pouvoir à une armée française qui méprisait les Mexicains, cavaleur aussi, aimant de l’amour les turpitudes. Et c’est ainsi que Charlotte, toujours aussi ambitieuse et manipulatrice, va prendre le relais de son mari… Le Mexique, dès lors, n’aura pas d’empereur, selon les avis de l’époque, mais une impératrice. Une femme belle, resplendissante, qui va aller au-delà des conventions de sa classe, des convenances même, et faire preuve d’un véritable humanisme vis-à-vis d’une population dont elle découvre la misère, l’esclavage non avoué, le désespoir et, dès lors, la haine à l’encontre des Européens. Un humanisme distant, certes, mais cette fois sans ambition… Ce deuxième épisode nous la montre aussi en butte aux influences militaires et religieuses, le sabre et le goupillon, forte, mais désespérée également d’un manque évident d’amour à défaut de désir…

charlotte
charlotte dargaud

Le scénariste, Fabien Nury, réussit à rendre vivante cette grande Histoire en la montrant par le petit bout de la lorgnette, en nous faisant le portrait d’une femme dont on sait qu’elle mourut, âgée, et folle. Sans doute prend-il, comme à son habitude, quelques libertés avec la vérité historique, mais son but est de nous offrir une aventure bien plus qu’un manuel d’Histoire, une aventure par ailleurs extrêmement documentée, et ce but est atteint.

Quant au dessin de Matthieu Bonhomme, il multiplie les angles de vue, les perspectives et, surtout, il joue terriblement bien avec les regards, au travers desquels il réussit à rendre palpables les sentiments, les sensations, de la larme jusqu’au sourire… C’est une bonne série, oui, passionnante, lumineuse par ses couleurs, classique sans sa forme mais originale souvent par son traitement graphique.

 

Jacques Schraûwen

Charlotte Impératrice : II. L’Empire (dessin : Matthieu Bonhomme – scénario : Fabien Nury – couleurs : Delphine Chedru, - éditeur : Dargaud – mai 2020)

Articles recommandés pour vous