RTBFPasser au contenu
Rechercher

Vivacité

Charlotte Gainsbourg se remémore le douloureux deuil de son père qui l’a "tellement brisée"

L’artiste de 50 ans, en interview avec Le Parisien pour la promotion du film Les passagers de la nuit, est revenue sur la mort de son père survenue il y a plus de 30 ans.

2 mars 1991 : le monde pleure le départ de Serge Gainsbourg, retrouvé mort à 62 ans d’une crise cardiaque dans sa chambre. Sa fille Charlotte a alors 19 ans.

Celle qui a suivi les pas de son illustre père dans la musique et le cinéma est anéantie par cette perte soudaine. "La mort de mon père m’a tellement brisée que je n’ai pas pu me réinventer tout de suite. J’ai suivi un chemin avec Yvan (NDLR : Yvan Attal, son compagnon avec qui elle a eu trois enfants), mais c’était en parallèle du chagrin. Ensuite, avec Yvan et avec chaque enfant, je me suis construite" a-t-elle confié ce 4 mai au Parisien.

Charlotte Gainsbourg a été secouée par un nouveau drame familial en 2013, le décès tragique de sa demi-sœur Kate Berry, tombée du haut de son appartement. Cet événement l’a "à nouveau détruite".

Des deuils éprouvants

S’en est alors trop pour la maman de Ben, Alice et Jo. Elle immigre à New York avec sa famille.

"Grâce à une espèce d’exil, je me suis reconstruite avec mes enfants, ailleurs, et puis je suis revenue. Je réalise que c’est plus facile de vivre ailleurs qu’à Paris à cause des souvenirs de ce que Paris a pu être et n’est plus pour moi" a-t-elle expliqué au quotidien français. Charlotte Gainsbourg a ensuite retrouvé sa patrie au début de la crise sanitaire.

9 ans après le décès de sa demi-sœur, la chanteuse et actrice de 50 ans semble enfin avoir fait son deuil de ces décès marquants mais le retour dans la capitale rouvre quelques plaies. "J’ai fait un film sur ma mère (NDLR : intitulé Jane par Charlotte), je vais ouvrir la rue de Verneuil (NDLR : la maison de Serge Gainsbourg, bientôt transformée en musée) : tout cela me replonge dans le souvenir de mon père et il faut vraiment que je me barricade, que je sois costaud pour l’assumer".

Michel Gangne, Pascal George / AFP

Sur le même sujet

09 mai 2022 à 12:49
Temps de lecture1 min
06 mai 2022 à 14:02
Temps de lecture1 min

Articles recommandés pour vous