RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Charles Picqué (PS) prône un renforcement des moyens sécuritaires

Charles Picqué (PS) prône un renforcement des moyens sécuritaires
15 janv. 2015 à 07:17 - mise à jour 15 janv. 2015 à 08:42Temps de lecture3 min
Par Julien Vlassenbroeck

Tout d'abord et avant tout, le bourgmestre de Saint-Gilles appelle à se serrer les coudes entre adversaires politiques dans le contexte que nous connaissons. "Il faut éviter les querelles politiques au moment de se mobiliser et mettre en place un vrai programme d’investissements", estime-t-il. Un appel qui résonne en écho de celui lancé par le Premier ministre Charles Michel (MR) qui appelait à "dépasser les clivages entre majorité et opposition" dans la lutte contre le terrorisme. 

Mais Charles Picqué invite également à aller au-delà du temps politique pour voir plus loin. "Ce qui s’est passé a peut-être le mérite de nous obliger à nous inscrire dans le long terme, pour restaurer la confiance après plusieurs événements traumatisants : des émeutes dans certains quartiers, la tuerie de Liège.... enfin, la litanie est longue" puisqu'on peut notamment y ajouter l'attaque du Musée juif de Bruxelles. 

Mais cet appel à l'union politique se craquelle vite, dans le chef même de son auteur, même si personne en particulier n'est explicitement montré du doigt.

"Avant que nous nous entendions, on diminuait les moyens des services de sécurité et de la police dont une réduction des moyens a encore été décidée il y a peu (par la coalition suédoise, NDLR). On voit que les politiques de la ville que j’avais initiées avec d’autres ont été réduites dans leurs moyens aussi. Il a fallu se battre, il y a peu, pour la protection des moyens consacrés à l’encadrement différencié dans les écoles difficiles". "J'enrage", résume le Bruxellois.

"Investir dans la police, le renseignement, les prisons..."

Mais au-delà de ce catalogue de ce qu'il n'aurait pas fallu faire, que préconise l'ancien Ministre-président de la région bruxelloise?

"Il faut certainement investir dans la police, dans le renseignement, dans les prisons. Le radicalisme est dans les prisons, il faut des accompagnateurs pour contrer ce phénomène", avance-t-il, assumant une approche résolument sécuritaire bien qu'intégrée à un plan plus global. "On ne va peut-être pas rattraper tout le monde", mais si un accompagnateur, un éducateur qui fasse que les séjours en prison ne soient pas des antichambres de la radicalisation, il faut le faire, estime notre invité.

Ensuite, l'élu socialiste souhaite "des mesures de protection de certaines cibles. Il faut recourir aux forces armées pour protéger certaines institutions cibles. Cela peut-être des équipes mixtes police-armée avec des militaires spécialement formés pour cela. Si on ne le fait pas maintenant, on ne le fera jamais".

Au-delà de ces mesures, "il faut agir dans les réseaux sociaux", exhorte-t-il. "Vous avez vu cette capacité de mobilisation, tout à fait maléfique sur les réseaux sociaux?", interroge-t-il.

En outre, celui qui est bourgmestre depuis bientôt trente ans, insiste sur le fait qu'il faille "un soutien aux pouvoirs locaux". Il explique cette revendication par le fait que c'est au niveau local "que l’on constate le plus rapidement les problèmes, c'est là que les premiers pas de l’accompagnement de quelqu'un en dérive se font".

Et enfin, "il faut évidemment investir dans l’éducation", lance-t-il sans développer plus avant ce point. "Donc, il faut une vision globale", conclut-il.

Un tournant sécuritaire du PS?

Coutumier du fait, c'est par tweet que Philippe Moureaux, ancien bourgmestre socialiste de Molenbeek, a fait connaître son opinion par rapport à la ligne de son parti. Il a déploré, sur le réseau social, que le PS "n'envisage la sécurité publique que sous l'angle répressif".

Loading...

"La sécurité est une condition pour asseoir la crédibilité de l’autorité publique", lui a répondu Charles Picqué, via nos ondes. "Cela doit s’inscrire dans le respect de nos libertés. Et cela doit s’inscrire également dans ce qui est une condition essentielle du vivre ensemble : la solidarité. Je plaide donc pour une approche globale, Philippe Moureaux a raison, on ne peut pas se limiter à une approche sécuritaire", a-t-il cependant tenu à nuancer.

"En résumé : il est important de restaurer la confiance du citoyen, il est important d’avoir une vision globale, de s’attaquer à toutes les causes mais de se montrer d’une grande fermeté à l’égard de ceux qui menacent la démocratie". Une formule qui aura au moins le mérite de faire consensus, à défaut d'offrir un tableau concret des mesures à mettre en place pour atteindre ces louables objectifs. 

@julienvlass

Voir l'interview en intégralité ci-dessous:

L'Acteur en Direct : Charles Picqué

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Chambre: projet d'élargissement des écoutes téléphoniques confirmé

Belgique

Charlie Hebdo disponible en 2750 points de vente en Belgique

Belgique