RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Hainaut

Charleroi crée un observatoire du stationnement pour mieux gérer le parking payant du centre-ville

Les horodateurs renseigneront l'observatoire sur les habitudes de stationnement des Carolos
01 juin 2021 à 15:20 - mise à jour 01 juin 2021 à 15:20Temps de lecture2 min
Par RTBF

La Ville de Charleroi est la première ville wallonne à se doter d’un observatoire du stationnement. La régie communale autonome, qui est en charge de la gestion du stationnement urbain en surface dans les rues, s’occupe d’environ 7500 places de parking. Et la ville veut que ces places soient occupées au mieux.

Lorsque vous stationnez en rue, vous allez vers la borne où vous introduisez le numéro de plaque de votre auto et payez pour la durée voulue. Ensuite, une voiture bardée de scanners et de caméras passe à proximité de votre véhicule : elle scanne votre plaque et vérifie ainsi votre paiement. Mais elle sait aussi depuis combien de temps et jusqu’à quand vous êtes-là. Et ce sont ces données-là qui sont précieuses. Leur analyse permet de savoir qui stationne où et quand. Un stationnement de courte durée, une personne abonnée, un riverain, un commerçant, une personne qui travaille dans le quartier, etc.

Xavier Desgain (Ecolo), l’échevin de la mobilité à Charleroi, justifie l’utilisation de ces données : "Le but de départ, c’est d’observer correctement ce qui se passe. Et d’utiliser toutes les données que la scan-car nous apporte pour voir comment se comportent les automobilistes quand ils se stationnent. Et, sur base de ça, adapter une zone de stationnement ou changer son statut pour, parfois, proposer du parking de longue durée dans un quartier où ça ne se fait pas. Ou, un samedi de soldes, quand on sait que cette zone-là est peu occupée, encourager les automobilistes à se garer dans cette zone. Donc, c’est vraiment pour avoir un outil de gestion plus dynamique de stationnement et pour que chaque place de stationnement soit utilisée au mieux."


La hantise de l’automobiliste, c’est de devoir payer encore plus pour se parquer et on pourrait penser que ce système pourrait aboutir à une augmentation des tarifs. Mais non. L’objectif n’est pas de faire payer plus mais de faire payer mieux. En sensibilisant les automobilistes au fait que ce sera sans doute un peu moins cher s’ils se garent un peu plus longtemps mais un peu plus loin que juste en face du commerce ou ils veulent se rendre ou juste à côté de leur bureau. Il n’y a que 7500 places de stationnement disponibles dans les zones payantes qui sont également les plus prisées. Ce qui est rare est précieux et, à Charleroi, ce sera donc géré avec soin.

Ajoutons, pour terminer, que les données qui seront analysées resteront anonymes. Les numéros de plaque ne seront pas transmis pour l’analyse de ces données.

Articles recommandés pour vous