RTBFPasser au contenu

Champions League

Champions League : En mode rouleau compresseur, Manchester City étouffe le PSG et s’assure la 1e place

Champions League : En mode rouleau compresseur, Manchester City étouffe le PSG et s’assure la 1e place
24 nov. 2021 à 00:00 - mise à jour 24 nov. 2021 à 21:563 min
Par Antoine Hick

Impressionnant Manchester City ! En mode rouleau compresseur, l’armada de Pep Guardiola a étouffé le PSG pour grappiller trois points bien mérités (2-1).

Et pourtant, l’impressionnante machine de guerre a bien failli dérailler quand, malgré une nette domination, elle a encaissé un premier but signé par l’opportuniste Kilian Mbappé après la pause.

Un contre-coup, quasiment le seul de la partie, qui a eu le don de réveiller un colosse qui s’était peut-être vu trop beau, trop vite. En deux temps-trois mouvements, Raheem Sterling et Gabriel Jesus sont finalement parvenus à mettre fin à l’imprécision chronique pour crucifier Keylor Navas et renverser cette partie et s’offrir la 1e place du groupe.

Du côté du PSG, longtemps apathique, on se contentera probablement de dire que ce mercredi soir, on est sans doute tombé sur plus fort. Et qu'on est qualifié...

Le résumé d’une partie folle :

Pluie d’absents pour ce duel sous les étoiles : De Bruyne, Foden, Grealish d’un côté, Verratti et Wijnaldum de l’autre. Face à son public et bien décidé à mater cet essaim de stars parisiennes, City met le pied sur le ballon d’entrée.

Seul sur un coup-franc lointain, Rodri élève sa carcasse et lobe un Navas parti à la chasse aux pâquerettes. Heureusement, Kimbembe est là pour dégager sur sa ligne. Dans la foulée, Navas s’interpose face à Gündogan. Gros ouf de soulagement, déjà, dans les rangs parisiens…

Le PSG inexistant, City imprécis

Orphelin de son roquet-chef d’orchestre Marco Verratti, le PSG patine et ne touche aucun ballon. Après Kimpembé, c’est Hakimi qui joue au portier volant en s’interposant sur un envoi de Mahrez, inexplicablement seul dans la surface.

À gauche, à droite, dans le centre, les Mancuniens sont partout et tissent patiemment leur toile pour étouffer une proie plus docile que prévu. Presque machinalement, les assauts s’enchaînent sur le but du pauvre Navas. Et si la frappe, puissante, de Gündogan vient s’écraser sur le poteau, le gardien s’interpose brillamment sur un envoi de Mahrez. Il y a le feu dans la baraque parisienne !

Il faut attendre la 43e minute pour voir ce PSG enfin sortir de sa torpeur. Neymar profite d’une perte de balle de Stones pour lancer Mbappé en profondeur. Excentré côté gauche, le Français balance un parpaing qui vient s’écraser… en tribunes. Rideau sur ce score vierge.

Et Mbappé rôda dans les parages…

L’adage “Il ne faut pas beaucoup d’occasions aux grandes équipes pour marquer” a beau être éculé depuis belle lurette, parfois, en football, il ressurgit et redevient criant de vérité. Demandez plutôt ce qu’en pensent les Mancuniens.

Surpuissants depuis le début du match, ils se font surprendre sur l’une des rares incartades parisiennes. En mode Casper le Fantôme en 1e mi-temps, Messi enlève sa cape et virevolte à l’entrée de la surface. Son ballon à ras de terre est dévié par une cuisse mancunienne et atterrit chanceusement dans les pieds d’Mbappé. Seul, le Bleu fusille Ederson, c’est 0-1, le hold-up est parfait ! (0-1, 50’)

Jésus revient, Bernardo livre Sterling

Le PSG aux commandes sans vraiment savoir comment, ce match s’équilibre enfin et les deux équipes se lancent dans une intense bataille des tranchées. Mais il semblait écrit que ce City, si fringuant offensivement, allait finalement marquer.

D’un amour de ballon piqué, Rodri lance Walker dans le dos de la défense parisienne. La reprise du latéral british, qui visait Jesus, trouve finalement (avec un peu de chance) Sterling qui égalise à bout portant. C’est 1-1 ! (61’)

Et au plus ce match avance, au plus on se dit que le but encaissé a eu le don de piquer à Vif City. Sur un copier-coller du 1e but citizen, Bernardo Silva négocie parfaitement un long centre et remet magnifiquement bien en retrait pour Jesus. Le Brésilien fait ce qu’il fait de mieux et fusille Navas (77’), c’est 2-1 et c'est le score final ! Devant pendant quelques minutes, le PSG a cru au hold-up mais c'est finalement écroulé (trop) vite défensivement. 

Loading...

Articles recommandés pour vous