RTBFPasser au contenu

Championnats du monde de cyclo-cross : van Aert et Van Der Poel absents, l’année ou jamais pour la concurrence ?

Le peloton s'élance dans le sillage de Van Der Poel et Van Aert lors des championnats du monde de 2021 à Ostende
06 janv. 2022 à 14:142 min
Par Alaric Dantine

Certains cyclocrossmen devaient avoir la mine des bons jours hier. Au soir de sa victoire à Herentals, Wout van Aert a en effet annoncé son forfait définitif pour les Mondiaux du 30 janvier à Fayetteville aux Etats-Unis. Ajoutez à cela l’annonce, survenue plus tôt dans la journée, de la fin de saison dans les labourés pour Mathieu Van der Poel et vous obtenez une chance unique de se parer d’arc-en-ciel.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis 2015, les deux ogres du cyclo-cross se sont partagé les sept titres, avec un avantage au Néerlandais, quadruple vainqueur. Plus significatif encore, durant ce règne partagé, seuls trois coureurs sont parvenus à décrocher l’argent.

Cette année, si Van der Poel n’a jamais semblé en mesure d’atteindre son véritable niveau, van Aert a quasi-tout raflé sur son passage. Un niveau qui écœure la concurrence, à commencer par les Belges et Toon Aerts : "Au championnat de Belgique ce dimanche à Middelkerke, normalement, on roulera pour être 2e". C’est sûr, fin du mois aux États-Unis, la concurrence aura une opportunité en or.

Tom Pidcock : une chance parmi d’autres

Tom Pidcock lors de sa victoire à Gullegem le 4 janvier

Présenté comme le troisième larron de la bande à son arrivée dans les labourés, le Britannique peine à se hisser, de manière régulière, au niveau des deux autres. Avec trois victoires depuis sa reprise il y a un mois, le coureur de chez Ineos a néanmoins su profiter des miettes laissées par Van Aert. À seulement 22 ans, le petit format d’Outre-Manche s'érige en favori même s'il a encore du temps devant lui. 

Eli Iserbyt : des championnats qui arrivent tard

Eli Iserbyt avait du se contenter de la seconde place à Fayetteville le 13 octobre dernier

Depuis son passage chez les pros en 2019, le coureur de l’équipe Pauwels Bingoal refait le coup chaque année. Un début de saison en fanfare avec de nombreuses victoires avant de quelque peu régresser au classement. L’actuel leader de la Coupe du Monde n’a d’ailleurs plus levé les bras depuis le 28 novembre à Besançon.

Toon Aerts : l’expérience des grands rendez-vous

Aerts, troisième, aux championnats du monde de 2021 à Ostende

Le longiligne métronome sait gérer les grandes courses. Sur le podium à chaque reprise lors des trois dernières éditions des championnats du monde et de Belgique, le coureur de 28 ans aura à cœur de saisir une chance qui ne se présentera peut-être plus.

Michael Vanthourenhout : Le même coup qu’à Namur

Michael Vanthourenhout lors de sa victoire à Namur le 19 décembre dernier

Dans le sport, la régularité n’offre pas toujours les lauriers. Ce constat, Vanthourenhout en fait l’amère expérience depuis ses débuts. Cette saison encore, il n’a jamais franchi la ligne au-delà de la 8e place. S’il n’a été victorieux qu’à deux reprises, il l’a surtout été à Namur face à tous ses concurrents d’ici trois semaines.

Hermans, Sweeck, Van der Haar et Van Kessel

Tous les coureurs présentés ci-dessus ne devront pas trop se regarder au risque de voir d’autres prétendants s’inviter à la bagarre. Quinten Hermans s’était d’ailleurs imposé lors de la manche de Coupe du Monde à Fayetteville le 13 octobre. Le puissant Laurens Sweeck, vainqueur à deux reprises cette saison, est lui capable de départs rapides. De leur côté, en l’absence de leur leader, Lars Van der Haar (2e en 2016) et Corné Van Kessel devront unir leurs forces pour espérer renverser la vapeur belgo-britannique.

Articles recommandés pour vous