RTBFPasser au contenu

Sciences et Techno

Ces femmes brillantes qui ont révolutionné l’informatique et que personne ne connaît

L’actrice et inventrice Hedy Lamarr en 1938.
17 mai 2022 à 14:154 min
Par Lucy Dricot

Malgré les campagnes menées pour les attirer dans le secteur du numérique, les femmes sont encore largement sous-représentées dans les métiers du numérique. Aujourd’hui, seuls 14% des postes dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) seraient occupés par des femmes.

Pourtant, dans les années 50 et 60, le secteur informatique naissant était presqu’exclusivement féminin et de nombreuses femmes ont d’ailleurs été pionnières dans ce domaine. Malheureusement, on ne connaît que trop peu leurs noms et leurs travaux.

Après "Ces femmes pionnières de la conquête spatiale que vous ne connaissez pas", voici donc un petit tour d’horizon des informaticiennes et mathématiciennes qui ont forgé le paysage digital et qui mériteraient d’être davantage mise en lumière pour leurs contributions.

Ada Lovelace, la pionnière de la programmation informatique

Augusta Ada Byron a.k.a Ada Lovelace (1815-1852) a développé le tout premier programme destiné à être exécuté par une machine.
Augusta Ada Byron a.k.a Ada Lovelace (1815-1852) a développé le tout premier programme destiné à être exécuté par une machine. API/GAMMA-RAPHO

Née en 1815 à Londres, Augusta Ada King a.k.a Ada Lovelace est souvent considérée comme la toute première informaticienne. Cette scientifique et mathématicienne visionnaire – que son illustre père, le poète George Gordon, appelait d’ailleurs "la princesse des parallélogrammes" - a en effet développé le tout premier programme destiné à être exécuté par une machine, qu’elle imagine capable de lire des mots, des images et de la musique, en plus de résoudre des calculs compliqués. Ses notes préparatives et ses travaux ne seront utilisés qu’un siècle plus tard, bien après sa mort… pour concevoir le premier ordinateur.

Aujourd’hui encore, cette avant-gardiste est célébrée chaque deuxième mardi d’octobre lors du "Ada Lovelace Day" qui met en lumière les réalisations des femmes dans les domaines des STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) et un langage informatique porte même son nom.

Hedy Lamarr : merci pour le Wi-Fi !

L’icône glamour du cinéma Hedy Lamarr (1914-2000) est aussi l’inventrice d’un système secret de codage des transmissions à l’origine du GPS et du Wi-Fi.
L’icône glamour du cinéma Hedy Lamarr (1914-2000) est aussi l’inventrice d’un système secret de codage des transmissions à l’origine du GPS et du Wi-Fi. © Tous droits réservés

Actrice et productrice, Hedy Lamarr a été qualifiée à l’époque de "plus belle femme du cinéma". Mais cette icône glamour a aussi marqué l’Histoire grâce à ces qualités d’inventrice. On lui doit notamment la mise en place d’un système de codage des transmissions par étalement de spectre, destiné à mettre fin au torpillage de paquebots par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. Son invention révolutionnaire est encore utilisée aujourd’hui pour les données GPS, les liaisons chiffrées militaires, les communications spatiales, le téléphone mobile, ou encore… le Wi-Fi.

Les "ENIAC girls" à l’origine de nos ordinateurs

Loading...

C’est grâce à six mathématiciennes américaines que le tout premier ordinateur électronique a pu voir le jour. Aussi surnommées les "computers" (de "compute", "calculer" en anglais), Kathleen Antonelli, Betty Jean Jennings, Betty Holberton, Marlyn Meltzer, Frances Spence et Ruth Teitelbaum ont en effet réussi l’exploit en 1946 d’assembler et de programmer l’Electronic Numerical Integrator And Computer (ENIAC), une énorme machine occupant pas moins de 137 m² destinée à résoudre n’importe quel problème mathématique. Leur incroyable histoire a été révélée au grand public en 2013 avec le documentaire "The Computers".

Mary Wilkes : la première utilisatrice d’un ordinateur personnel

Mary Allen Wilkes chez elle, devant l’ordinateur LINC (alias le premier ordinateur personnel au monde) en 1965.
Mary Allen Wilkes chez elle, devant l’ordinateur LINC (alias le premier ordinateur personnel au monde) en 1965. Wikipedia Commons

Eté 1960 : la jeune Mary Allen Wilkes rêve de devenir avocate. Mais ce projet est vite tué dans l’œuf car tout son entourage la décourage, cette profession étant encore majoritairement réservée aux hommes. Elle se tourne alors vers le domaine informatique et trouve un emploi au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Grâce à ses connaissances en philosophie et sa vision particulière du code, elle se distingue des autres et excelle en programmation. Elle participe ainsi à la création de l’ordinateur LINC, le premier "mini-ordinateur personnel" au monde, qu’elle emporte ensuite à son domicile pour concevoir son programme d’exploitation, le LAP46.

On doit non seulement à Mary Allen Wilkes l’existence de l’ordinateur portable, mais on lui doit aussi… l’invention du télétravail !

En 1972, Mary Allen Wilkes revient à ses premiers amours et intègre la faculté de droit de Harvard. Elle obtient son diplôme d’avocate en 1975.

Joan Ball : Tinder, c’est un peu grâce à elle

Dyslexique, mal dans sa peau, harcelée sexuellement, suicidaire et rejetée par sa famille ; Joan Ball n’était a priori pas destinée à un avenir radieux. Et pourtant ! Après une expérience infructueuse dans le domaine de la mode, la jeune britannique se fait embaucher par une agence matrimoniale. Plus tard, elle décide de lancer sa propre entreprise et fonde Eros Friendship Bureau Ltd en 1962. Problème : les imprimeurs lui refusent toute publicité ; les bureaux de mariages étant souvent assimilés aux réseaux de prostitution. Qu’à cela ne tienne : Joan Ball diffuse alors ses annonces via des radios pirates avant de finalement lancer une version informatisée de ses services. Son agence, rebaptisée St. James Computer Dating Service puis Com-Pat (pour "computerized compatibility") est ainsi devenue la toute première plateforme de rencontre par ordinateur !

Radia Perlman : the mother of internet

Sans l’ingénieure et mathématicienne Radia Perlman, le réseau internet tel que nous le connaissons aujourd’hui n’existerait probablement pas. Car c’est elle qui a inventé et mis au point en 1985 le Protocole Spanning Tree (STP), qui permet aux ordinateurs de fonctionner en réseau. Radia Perlman est donc considérée - et à juste titre – comme étant "la mère d’internet" et a été intronisée au temple de la renommée d’Internet dans la catégorie "pionniers" en 2014.

Pour en savoir plus :

Cette liste n’est pas exhaustive. Ces pionnières n’étaient pas les seules dans ce domaine de compétence, mais il serait évidemment impossible d’ébaucher le portrait de toutes les femmes qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’expansion et au succès du monde numérique.

Les articles "Les femmes dans l’informatique" et "Chronologie des femmes en informatique" sur Wikipédia, les bandes dessinées "Les culottées" de Pénélope Bagieu ou encore le film "Les femmes de l’ombre" pourront cependant assouvir temporairement l’appétit des plus curieux.

Sur le même sujet

31 mai 2022 à 15:00
3 min
08 mars 2022 à 08:00
4 min

Articles recommandés pour vous