Cellule terroriste de Verviers: le jugement sera prononcé le 5 juillet prochain

Cellule terroriste de Verviers: le jugement sera prononcé le 5 juillet prochain (2)

© Tous droits réservés

24 mai 2016 à 14:02 - mise à jour 24 mai 2016 à 14:02Temps de lecture2 min
Par Belga News

Le président de la 70e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, Pierre Hendrickx, a clos les débats, mardi vers 12h30, au procès de la cellule terroriste de Verviers. Il a annoncé un jugement pour le 5 juillet prochain à 9h00. Mardi matin, l'avocat de Souhaib El Abdi, Me Xavier Carette, a plaidé l'acquittement de son client pour participation à une filière terroriste en tant que dirigeant mais sans contester qu'il y avait participé en tant que membre. Et pour cela, il a plaidé une peine inférieure à cinq ans de prison avec sursis probatoire.

Le juge a entendu les dernières plaidoiries et répliques, mardi matin, et a pris l'affaire en délibéré. Le jugement sera prononcé pendant les vacances judiciaires, le 5 juillet prochain à 9h00.

Les prévenus, qui ont eu la parole en dernier lieu, ont demandé la clémence du tribunal et ont exprimé des regrets, affirmant avoir "tiré les leçons".

Mardi matin, Me Xavier Carette a plaidé une peine inférieure à cinq ans de prison pour son client, Souhaib El Abdi, et avec un sursis probatoire. Ce dernier admet en effet avoir rendu des services aux autres principaux prévenus, notamment la confection de faux papiers d'identité, et en ça avoir fait partie, comme membre, d'une filière terroriste.

Mais, comme l'a rappelé son avocat, il conteste par contre avoir été dirigeant de la filière terroriste et il conteste également avoir tenté de commettre des attentats en Belgique.

Le procureur fédéral Bernard Michel avait, lui, estimé que Souhaib El Abdi avait été l'une des têtes pensantes de la cellule de Verviers et qu'il avait participé à un projet d'attentat terroriste sur le sol belge. Pour cela, il avait requis une peine de 16 ans d'emprisonnement à son encontre.

Dans l'enquête sur la cellule terroriste de Verviers, la police avait retrouvé au domicile des parents de Souhaib El Abdi, en janvier 2015, une arme démontée et des photos de plusieurs personnes citées dans le dossier dont une d'Abdelhamid Abaaoud, l'un des dirigeants présumés de la cellule de Verviers et le cerveau présumé des attentats de Paris de novembre dernier. Ce dernier avait été abattu à Saint-Denis, près de Paris, quelques jours après ces attentats.

Devant le tribunal, Souhaib El Abdi a reconnu avoir eu des activités de faussaire mais a nié s'être radicalisé.

Seize personnes sont prévenues pour participation aux activités d'un groupe terroriste, en l'occurence une cellule qui était basée à Verviers, soit comme dirigeant soit comme membre.

Certaines sont de plus poursuivies pour avoir tenté de commettre des attentats en Belgique. C'est le cas pour Souhaib El Abdi, Marouan El Bali, et Mohamed Hamja Arshad.

Marouan El Bali avait été interpellé dans un appartement de la rue de la Colline à Verviers, le 15 janvier 2015, à la suite d'un assaut mené par les brigades d'intervention de la police fédérale. Khalid Ben Larbi et Sofiane Amghar, les deux hommes qui se trouvaient également dans l'appartement, avaient été abbattus par la police après avoir tiré à la kalachnikov.

Cinq autres prévenus, dont Souhaib El Abdi, avaient été, eux, interpellés en région bruxelloise, et un autre, Omar Damache, avait été interpellé en Grèce. Selon le parquet fédéral, Omar Damache aurait là-bas été en contact avec Abdelhamid Abaaoud, ce qu'il nie.

Les neuf autres prévenus font défaut.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous