RTBFPasser au contenu

Santé physique

Ce robot s'introduit dans les poumons à la recherche d'éventuelles traces d'un cancer

Ce robot s'introduit dans les poumons à la recherche d'éventuelles traces d'un cancer
11 avr. 2022 à 07:301 min
Par RTBF avec AFP

Des chercheurs de l'Université de Leeds, en Angleterre, ont mis au point un robot magnétique miniature, capable de s'introduire dans les poumons et d'y détecter la présence de tumeurs cancéreuses.

De fins "tentacules" magnétiques pour prélever ou traiter

Ce robot, composé de tout petits tentacules magnétiques, a été conçu de manière à pouvoir atteindre les plus petites bronches des poumons afin de prélever des échantillons de tissus ou même d'y administrer, le cas échéant, un traitement anticancéreux spécifique.

Il ne mesure que 2 mm de diamètre et est guidé à l'intérieur des poumons par de gros aimants situés à l'extérieur du patient.

Pour l'instant, il n'a été testé qu'en laboratoire sur une réplique en 3D d'un arbre bronchique. La prochaine phase de la recherche consistera à étudier l'efficacité du dispositif dans des poumons prélevés sur un cadavre.

Actuellement, la procédure consiste à introduire dans les poumons un instrument flexible en forme de tube, d'environ 3,5 à 4 millimètres de diamètre, par le nez ou la bouche. Ce procédé a cependant ses limites car il ne permet pas d'explorer certains niveaux supérieurs de l'arbre bronchique.

Pour pénétrer plus profondément dans les poumons, un cathéter ou un tube fin est passé dans le bronchoscope pour pouvoir atteindre ces zones plus étroites. Toutefois, la manipulation est assez limitée et il est souvent difficile de rendre précisément là où les médecins le souhaiteraient.

Loading...

Le robot peut atteindre n'importe quelle zone du poumon

C'est précisément la raison d'être de ce robot magnétique : pouvoir atteindre n'importe quelle zone des poumons en étant "guidé" de l'extérieur par un savant système d'aimants montés sur des bras robotisés.

Ce pourrait être un outil clinique important dans la recherche et le traitement du cancer du poumon ou d'autres maladies pulmonaires.

A terme, une telle technologie pourrait aussi s'avérer plus facile à utiliser pour le personnel et plus douce pour les patients. Les chercheurs ont publié leurs premiers résultats dans la revue Soft Robotics.

Sur le même sujet

12 mai 2022 à 13:38
2 min
06 déc. 2021 à 08:33
2 min

Articles recommandés pour vous