Tennis

"Ce qui se passe avec la Coupe Davis est un gag", regrette le président de la Fédération française de tennis

David Goffin en Coupe Davis.

© Belga

19 sept. 2022 à 16:47Temps de lecture1 min
Par AFP (édité par Jâd El Nakadi)

"Ce qui se passe est un gag", a déclaré lundi le président de la Fédération française de tennis (FFT) Gilles Moretton à propos de la Coupe Davis, profondément transformée depuis 2019, indiquant qu’il était prêt à s’investir "pour faire évaluer les choses".

"Ce qui se passe est un gag, c’est un gag", a insisté le patron de la FFT en marge d’une visite avec le comité d’organisation des JO-2024 de Paris du site de Roland-Garros où auront lieu les épreuves de tennis et de boxe des prochains Jeux d’été.

"Les anecdotes sont tellement nombreuses, on ne sait plus très bien à quel saint se vouer, aussi bien sur la programmation des matches où les pays hôtes ont des programmations protégées, que les surfaces", a-t-il expliqué.

La phase de groupes qui s’est terminée dimanche "devait se jouer en indoor, c’est ce qu’on m’avait dit en janvier, sauf qu’on a eu le droit de jouer sur des courts en extérieur comme sur le central de Hambourg, on aurait pu jouer donc à Roland Garros, puisque j’avais évoqué le sujet".

L’équipe de France a terminé à la 3e place du groupe C qui avait lieu à Hambourg et ne participera pas à la phase finale qui réunira en novembre huit équipes à Malaga (Espagne).

Le format de la Coupe Davis a été remanié depuis 2019 et son rachat par la société Kosmos, soutenue notamment par le joueur de football du FC Barcelone Gerard Piqué, mais la nouvelle formule est loin de faire l’unanimité, aussi bien chez les joueurs que parmi les spectateurs.

"Il y a tellement de choses particulières qui se négocient de gré à gré": "On navigue à vue avec la Coupe Davis actuelle", a estimé le président de la FFT.

"Tant mieux pour les gens qui sont contents. Moi je dois dire que ce n’est pas la joie au sein de la FFT et des joueurs, pas que les Français, de voir notre Coupe Davis se dégrader d’année en année. Il faut qu’on fasse évoluer les choses, moi c’est un combat que je suis prêt à mener", a-t-il conclu.

Articles recommandés pour vous