Caterpillar: début des assemblées générales à Gosselies

Quelque 2 200 travailleurs de Caterpillar sont concernés par la procédure Renault
05 sept. 2016 à 04:52 - mise à jour 05 sept. 2016 à 07:26Temps de lecture2 min
Par RTBF avec Belga

La fermeture du site de Caterpillar à Gosselies a été annoncée vendredi. La procédure Renault, elle, va démarrer dans une semaine.

Concrètement, le FOREM va recevoir par recommandé, ce lundi matin, une lettre de la direction qui annonce le licenciement collectif.

La procédure Renault s’organise alors en deux temps avec tout d’abord la phase d’information des travailleurs qui doivent reprendre le travail ce lundi. Des travailleurs qui ont, tout d’abord, besoin de comprendre toutes les raisons de l’annonce de la fermeture de l’usine. C’est une phase cruciale, comme l’explique Frédéric, ouvrier chez Caterpillar Gosselies depuis 12 ans.

Notre intention, c’est de conserver le produit dans l’usine

"Pourquoi vous-voulez fermer ?, interroge-t-il. Nous étions compétitifs dans telle ou telle branche. Donnez-nous des réponses, des chiffres. Donc, cette phase 1 est très importante, d’où l’importance pour nous d’occuper l’usine. Dans les semaines à venir, peut-être, si c’est possible, d’assembler ce qui reste à assembler. Notre intention, c’est de conserver le produit dans l’usine, qu’il ne sorte pas de l’usine."

Les travailleurs ne comptent pas laisser la production quitter Gosselies avant l’entame de la phase 2 de la procédure Renault : celle de la consultation avec la négociation des primes et la préparation des départs pour les travailleurs. Ceux-ci sont bien décidés à obtenir un maximum de garanties pour leur avenir.

Première assemblée générale

Une première assemblée générale a d'ailleurs eu lieu ce lundi matin. Des délégués syndicaux d'entreprises agissant comme sous-traitants pour Caterpillar Belgium y ont participé. D'autres rencontres de ce type sont prévues durant la journée au moment des pauses de travail, ainsi qu'en fin de matinée pour le personnel employé.

Au travers de ces assemblées générales, les syndicats souhaitent informer les travailleurs des axes de la stratégie qu'ils commencent à mettre en place. Durant le week-end, les contacts entre responsables syndicaux se sont multipliés.

Outre de l'ébauche d'un plan d'actions, les syndicats ont discuté de plusieurs priorités de travail avant d'entamer les négociations, notamment celle d'oeuvrer à déterminer qui sera leur interlocuteur durant les discussions. La question des relais qu'ils activeront a été aussi abordée.

Devant les travailleurs, les syndicats aborderont également la question des prochaines actions. Des responsables syndicaux ont promis qu'il y en aurait assez rapidement. Dans le même temps, plusieurs d'entre eux ont également exprimé le souci de doser les actions alors que la procédure Renault commence seulement.