Icône représentant un article video.

Belgique

Caroline Désir, sur le pacte d’excellence : "C’est une rentrée historique"

L'invitée de Matin Première: Interview de Caroline Désir

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

29 août 2022 à 07:53 - mise à jour 29 août 2022 à 11:04Temps de lecture10 min
Par Renaud Verstraete sur base d'une interview de Thomas Gadisseux

La ministre de l’Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir, était l’invitée de Thomas Gadisseux et François Heureux dans Matin Première en ce jour de rentrée. Au cœur des discussions aujourd’hui : les réformes du pacte d’excellence qui rentrent en application dès ce lundi matin.

De nombreux changements

En ce jour de rentrée, au mois d’août, le pacte d’excellence devient concret pour les élèves, les parents et les profs. "C’est une rentrée historique. De nombreuses réformes lancées depuis 2014 se concrétisent aujourd’hui sur le terrain. Les parents, les élèves et les enseignants vont voir les résultats concrets de tout ce travail de préparation qui a été mené" a déclaré Caroline Désir au micro de Thomas Gadisseux.

Cette rentrée s’accompagne de nombreux changements. Au menu du pacte pour un enseignement d’excellence, on retrouve entre autres un nouveau calendrier scolaire, de nouveaux référentiels en vue du tronc commun jusqu’à la troisième secondaire, la réforme attendue de l’éducation culturelle et artistique ainsi que la réforme du qualifiant et du spécialisé avec un tout nouveau dispositif pour accompagner les élèves à besoins spécifiques.

Une des réformes du pacte est de lutter contre l’échec scolaire et mieux accompagner nos élèves dans la réussite.

Suivre le rythme de chaque élève

Point majeur de ces nouvelles réformes, le calendrier scolaire se trouve transformé de la maternelle à la dernière année de l’enseignement secondaire. Les périodes de congés seront dorénavant plus homogènes et plus régulières. "On doit essayer de répondre au mieux au rythme biologique des enfants" a déclaré la Ministre.

Si le calendrier scolaire vient d’être réformé, Caroline Désir se montre également ouverte à une réorganisation future de la journée type des élèves de Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qui permettrait de laisser plus de place aux activités culturelles, artistiques et sportives : "Une étude de faisabilité est commandée également à la fondation Roi Baudoin pour voir comment mettre en place cette réflexion sur les rythmes journaliers. Cela implique les acteurs de l’extrascolaire, les académies, le monde du sport. On sait qu’on est mieux capable de se concentrer à certains moments de la journée qu’à d’autres. Donc pourquoi pas faire du sport et des activités culturelles et artistiques l’après-midi et concentrer ce qui nécessite une attention cognitive le matin."

Un accompagnement personnalisé

Afin de s’adapter au mieux au rythme de chaque enfant, la réforme du pacte d’excellence prévoit également un accompagnement personnalisé. Concrètement, aux côtés du professeur principal, un autre enseignant ou un logopède pourra désormais accompagner l’élève, dès qu’il éprouve une difficulté.

Selon la ministre, ces quelques périodes par semaine d’accompagnement personnalisé permettraient de mieux épauler les élèves en difficulté : "Il faut changer les pratiques sur le terrain et prendre en charge les difficultés scolaires au moment où elles se posent, dans la grille horaire en classe plutôt que mettre le soutien en dehors des heures de cours"

Une pénurie d’enseignants

Ces nouvelles mesures nécessitent le recrutement de nouveaux enseignants. On parle d’un équivalent de 424 temps plein, dans un contexte de pénurie. "Avec le pacte pour un enseignement d’excellence, on a beaucoup renforcé l’encadrement. Nous avons besoin d’enseignants supplémentaires pour soutenir les enseignants en place et l’apprentissage des élèves. Mais effectivement, il faut pouvoir recruter ces profils."

Interrogée sur la pénurie dans la filière pédagogique, la Ministre évoque une situation critique, en particulier pour certaines fonctions et notamment concernant les professeurs de pratiques professionnels dans l’enseignement qualifiant et les enseignants de langues modernes. "Le problème de la pénurie n’est pas nouveau et n’est pas propre à la FWB, nos voisins en Flandre le vivent également de plein fouet. Tous les autres pays européens également."

Caroline Désir a également souligné la nécessité d’attirer de nouveaux jeunes dans la filière pédagogique mais aussi de "faire en sorte que les enseignants qui débutent dans le métier soient correctement accueillis pour qu’ils y restent et pourquoi pas attirer des enseignants de seconde carrière en leur offrant une formation adéquate."

Enfin, la Ministre espère une année scolaire plus calme, épargnée par un éventuel retour de la pandémie de Covid-19. "On a besoin de régularité dans les apprentissages" conclut-elle.

Sur le même sujet

Rentrée scolaire : quelle est la genèse du Pacte pour un enseignement d’excellence ?

Déclic

Comment redonner le goût des mathématiques aux jeunes générations ?

Tendances Première

Articles recommandés pour vous