RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Carnaval : le folklore carolo inspire l’équipe de la Zinneke Parade à Bruxelles

La grande fabrique du carnaval est un lieu magique, envoûtant, hors du temps
23 févr. 2022 à 05:00Temps de lecture2 min
Par Sofia Cotsoglou

"Je suis fasciné de voir comment le carnaval de Charleroi parvient à mélanger tradition et modernité", lance Tristan Locus, coordinateur artistique de la Zinneke Parade à Bruxelles.

Pourtant, le carnaval de Charleroi a failli disparaître à plusieurs reprises. Créé fin du 19e siècle, il était en perte de vitesse.

En 2016, le carnaval renait de ses cendres grâce aux équipes du centre culturel l'Eden. Gilles, Climbias, Géants, Spirous: tous les éléments de tradition ont été préservés"Mais on a redynamisé le carnaval avec la grande fabrique et la grande parade. Parade largement inspirée de ce qui se faisait à Bruxelles avec la Zinneke Parade", précise Manon Istasse, anthropologue en charge du carnaval à l'Eden.

Créativité, vivre-ensemble, mixité et diversité sont les grandes valeurs de notre carnaval

La grande fabrique, c'est un lieu magique, envoûtant, hors du temps. Quiconque veut prendre part aux festivités peut se rendre dans cette ruche de 400 mètres carrés transformée par l'Eden en un lieu de création participatif et citoyen.

"Peu importe votre âge, votre genre, votre origine, votre milieu social et vos particularités, vous êtes le bienvenu", insiste Manon Istasse. A la grande fabrique, on peut créer son masque et fabriquer son costume avec l'aide d'artistes expérimentés. 

Aurélie Clarembaux

Comme la Zinneke Parade à Bruxelles, le carnaval de Charleroi fait la part belle à la récup’. Rien n'est acheté, tout est recyclé! 

"J'adore le concept car il permet vraiment d'ouvrir le carnaval sur la ville en faisant participer tous les habitants qui souhaitent y prendre part", explique Tristan Locus de la Zinneke Parade. "Mais impossible de transposer la grande fabrique à Bruxelles, nous n'avons pas de lieu qui s'y prête."

La grande récolte des idées noires

Olivier Bourgi

Gros soucis, petits taccas, mauvaises pensées, les Carolos écrivent leurs idées noires sur des morceaux de papier et les déposent dans des sacs en toile et en jute.

Toutes les idées noires récoltées dans les quartiers de Charleroi vont finir dans les entrailles du corbeau. L'animal accusé de tous maux de la ville brûlera sur le bucher le jour du mardi gras.

Perrine Deltour, organisatrice de la Zinneke Parade à Bruxelles est complètement charmée par cette légende inventée par les équipes de l'Eden : "Après vingt ans de carnaval, nous cherchons à créer de nouveaux imaginaires. Le récit autour du corbeau, de la récolte des idées noires et du brûlage du corbeau est très inspirant pour nous."

Christophe Vandercam

Et comme le carnaval de Charleroi ne se fige pas dans la tradition et ne cesse de se réinventer, cette année, ce sont trois corbeaux qui brûleront.

"Troisième dose, trois corbeaux pour être sûr de bien chasser l'hiver et toutes les idées noires des Carolos", conclut Fabrice Laurent, directeur de l'Eden.

Christophe Vandercam

Sur le même sujet

Le 60e festival mondial de folklore de Jambes-Namur se déroulera du 19 au 22 août

Regions

Articles recommandés pour vous