RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

"Caresser l'islamisme dans le sens du voile" : pour Naëm Bestandji, défendre le hijab, c'est "le linceul du féminisme"

Au Bout du Jour

Naëm Bestandji : "Le linceul du féminisme"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 juin 2022 à 09:35Temps de lecture24 min
Par Xavier Lambert

Naëm Bestandji est de culture musulmane, mais se dit athée. 

Dans “Le linceul du féminisme, caresser l'islamisme dans le sens du voile", publié aux Editions Séramis, il fait le procès du voile islamique, héritage d'un patriarcat antique, accessoire vestimentaire le plus sexiste et discriminant que l'homme ait inventé, quintessence de l'inégalité femme -homme, le voile.

Il dénonce l'obsession sexuelle exacerbée des fondamentalistes, dont la religion n'est que le prétexte régulateur, et explique que les islamistes en ont fait leur cheval de Troie politique.

Pourtant, son histoire, sa raison d'être et ses prescripteurs restent méconnus. Que dit réellement le Coran ? Quelles sont ses justifications profanes?

Naëm Bestandji remonte aux sources et démontre que le Coran n'impose nullement le port du voile, qui était bien antérieur à la religion musulmane, et a pour but de contrer le désir sexuel des hommes. Pour lui, le voile est toujours un signe de soumission puisque celles qui disent le porter librement ont en fait une vision guidée par les intégristes qui leur laissent le choix entre la pudeur et l'impudeur, entre le Paradis et l'Enfer. 

"Ce n'est pas un choix", affirme-t-il au cours d'une passionnante interview menée par Eddy Caekelberghs.

Eugenio Marongiu / Getty Images

Articles recommandés pour vous