RTBFPasser au contenu

Bien-être - Santé

Cancer du sein: 1 femme sur 5 peine à retourner au travail un an après la fin de son traitement

Cancer du sein: 1 femme sur 5 peine à retourner au travail un an après la fin de son traitement.
25 déc. 2019 à 06:001 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Les principales raisons sont les symptômes dépressifs, les difficultés à exercer un métier manuel et la composition spécifique des traitements par chimiothérapie.

1 femme sur 5

Une étude publiée dans le Journal of Clinical Oncology s'est intéressée aux conditions de reprise d'une activité professionnelle chez les femmes atteintes d'un cancer du sein.

Au total, 1.900 participantes âgées de moins de 57 ans issues de la cohorte CANcer TOxicities ont été intégrées à la recherche. Toutes les patientes avaient un emploi au moment où elles sont tombées malades et n'ont pas fait de rechute après leur traitement.

De manière globale, les chercheuses ont constaté que 21% de femmes ne reprenaient pas le travail après la fin du traitement.

Parmi elles, 74% étaient en arrêt maladie, 9% à la recherche d'un nouvel emploi et 17% ont déclaré être dans "une autre situation".

Les obstacles à la reprise

Afin d'évaluer les obstacles à la reprise d'une activité professionnelle, les auteurs de l'étude ont tenu compte de multiples facteurs tels que le stade de la maladie, l'état de santé général des femmes au moment du diagnostic de la maladie, les toxicités et effets secondaires des traitements, la qualité de vie (fatigue physique, émotionnelle ou cognitive), l'anxiété ou encore la dépression.

Les principaux freins à la reprise du travail étaient les symptômes dépressifs, le fait d'exercer un travail manuel et le niveau de toxicité du traitement administré pour combattre le cancer. 

"Les femmes avec un travail manuel ont un risque de non-reprise très important. A cela s'ajoute la question du temps de travail, les femmes travaillant à temps partiel reprenant moins le travail que celles travaillant à temps plein au moment du diagnostic", indique l'étude. 

Concernant l'impact du traitement dans l'incidence de la non-reprise du travail, les chercheurs notent une nette augmentation chez les femmes traitées par chimiothérapie associé au trastuzumab.

Sur le même sujet

04 janv. 2020 à 06:00
1 min
06 nov. 2019 à 06:00
2 min

Articles recommandés pour vous