RTBFPasser au contenu

Bien-être - Santé

Cancer du côlon : curcumine et silymarine, une combinaison naturelle prometteuse pour traiter la maladie

Cancer du côlon : curcumine et silymarine, une combinaison naturelle prometteuse pour traiter la maladie
30 août 2016 à 05:001 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

En exposant des cultures cellulaires de cellules de cancer du côlon à la curcumine, le polyphénol responsable de la couleur du curry ou safran des Indes, puis à la silymarine, une fleur des champs, des chercheurs de l'Université de Saint Louis ont découvert l'efficacité de cette association naturelle.

D'après leurs observations, la combinaison des deux composés naturels a stoppé la multiplication des cellules cancéreuses et entraîné la mort cellulaire. De nombreuses études ont déjà prouvé les propriétés de la curcumine. On peut citer par exemple ses effets anti-inflammatoires, sa capacité à réduire l'excès de triglycérides ou encore à booster la santé cognitive en luttant contre la progression des maladies d'Alzheimer et de Parkinson. Enfin, ses propriétés anti-cancéreuses ont déjà été observées dans les cancers du sein et de la prostate.

La silymarine, quant à elle, est un composé du Chardon-Marie, une fleur des champs de la famille des astéracées, protectrice du foie. La Commission européenne a approuvé, en 1989, l'usage de l'extrait normalisé à 70-80% de silymarine pour traiter les intoxications hépatiques et comme adjuvant en cas d'hépatite et de cirrhose du foie. En 2002, l'Organisation mondiale de la Santé a reconnu sensiblement les mêmes usages.

Selon les scientifiques, cette découverte est une approche thérapeutique alternative prometteuse, aux traitements médicamenteux standards du cancer du côlon, dénuée de potentiels problèmes de toxicité et d'effets secondaires.

L'étude, à ce stade in vitro, reste préliminaire. Des essais devront encore être menés chez les animaux puis chez l'homme, y compris pour ajuster les formules et les doses, car des concentrations de curcumine et de silymarine trop élevées pourraient être potentiellement nocives.

Pour consulter l'étude : http://www.jcancer.org/v07p1250.htm

Sur le même sujet

15 sept. 2016 à 17:00
2 min
13 sept. 2016 à 15:30
2 min

Articles recommandés pour vous