Monde

Canada: l'espion vendait des infos sur les USA, l'Angleterre et l'Australie

Des soldats canadiens rentrent de Kandahar, le 5 juillet 2011

© Shah Marai

25 juil. 2012 à 04:13 - mise à jour 25 juil. 2012 à 07:27Temps de lecture1 min
Par AFP

L'officier Jeffrey Paul Delisle, qui travaillait dans un centre de communications et de renseignement de la marine à Halifax (sud-est du Canada), a été inculpé en janvier par la justice canadienne.

Peu après, plusieurs diplomates russes en poste au Canada ont été renvoyés. Le ministère russe des Affaires étrangères a démenti un lien entre ces deux événements.

Selon le Sydney Morning Herald, l'officier canadien aurait également vendu à Moscou des informations obtenues par signaux (radio et radar) collectées par les Etats-Unis, l'Australie, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande.

Des informations à très haut degré de classification

Ces informations sont "classifiées" à un degré de confidentialité plus élevé que celles révélées par le soldat américain Bradley Manning, l'informateur présumé du site WikiLeaks, selon le quotidien qui cite des sources des renseignements australiens.

Jeffrey Paul Delisle a été au centre de discussions entre de hauts responsables australiens et canadiens, ainsi que l'objet d'une réunion internationale secrète en Nouvelle-Zélande en début d'année, ajoute le journal.

"La communauté des renseignements obtenus par signaux est très étroite, nous partageons nos renseignements surtout avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada", a déclaré un ancien officier australien de cette branche des renseignements.

Une porte-parole du ministère australien de la Défense a indiqué que le gouvernement ne commentait pas les informations liées aux renseignements.


AFP

Sur le même sujet

Les dangers de l'espionnage informatique pour les PME

Ikea accusé d'espionnage sur ses employés et clients