RTBFPasser au contenu

Football

CAN : Gabaski, de deuxième gardien égyptien à héros national

L'Egyptien Gabaski réalise des prouesses depuis qu'il a pris place entre les perches égyptiennes
06 févr. 2022 à 06:392 min
Par Arthur Roels

L'Egypte s'est imposée aux tirs au but face au Cameroun, en demi-finale de la Coupe d'Afrique des Nations. Une qualification acquise en grande partie grâce à leur gardien remplaçant, Mohamed Abou Bagal "Gabaski"

Tout commence lors du huitième de finale face à la Côte d'Ivoire. Alors que Mohamed El-Shenawy, le gardien titulaire égyptien, avait disputé l'intégralité des 3 matchs de poule, il doit sortir sur blessure en fin de rencontre face aux Eléphants, cédant sa place à Mohamed Abou Bagal "Gabaski". Le gardien numéro 1 sera blessé jusqu'à la fin de la compétition. Le marquoir indique alors 0-0, direction les prolongations. Aucune des deux équipes n'arrivant à faire la différence au bout des 120 minutes, le match se finit aux tirs au but. Gabaski détourne, à l'aide du poteau, la tentative du troisième tireur ivoirien, Eric Bailly, avant de voir Mohamed Salah inscrire le but de la victoire. Premier coup d'éclat. 

En quarts, contre le Maroc, le deuxième gardien commence logiquement titulaire. Gabaski s'illustre notamment à la 81e par un superbe arrêt réflexe sur une tête puissante d'Aguerd. Cependant, il semble s'être fait mal sur son plongeon. Alors que Sobhi, le troisième gardien, est parti à l'échauffement, Gabaski reprend sa place dans les buts. De nouveau au sol à la 90e, il refuse de céder sa place. Il ne veut pas abandonner, pas maintenant, pas après tout ce qu'il a fait. 1-1, les Egyptiens doivent de nouveau jouer les prolongations. A la 95e minute, Gabaski craque finalement et Sobhi le remplace. Cinq minutes plus tard, Salah délivre une offrande à Trezeguet et l'Egypte se qualifie pour les demies. 

 

De nouveau titulaire en demies

Toutefois, l'histoire n'est pas finie pour Gabaski. Alors que toute l'Egypte pense que le tournoi est fini pour lui, il reprend sa place dans les cages égyptiennes, lors du coup d'envoi face au Cameroun. Aucun but n'est marqué dans le temps réglementaire et cette fois-ci, il joue entièrement les prolongations. 0-0 au bout des 2 heures de match. Comme lors du huitième de finale, il doit faire face, avec son équipe, à la terrible épreuve des tirs au buts. Et là encore, il brille de mille feux. Gabaski sort les tentatives d'Harold Moukoudi et de James Lea Siliki. Clinton Njie se rate ensuite totalement en tirant à côté, les Egyptiens peuvent exulter. 

Mais quel est son secret ? Gabaski colle en fait des petites antisèches sur ses bouteilles d’eau afin de se souvenir des habitudes de frappe de ses adversaires. Une méthode efficace au vu des 3 tirs au but arrêtés en l'espace de deux matches. Avec seulement 3 matchs joués pour sa sélection avant la CAN, le peu expérimenté Gabaski s'est mué en héros pour sa nation. Nul doute qu'il sera de nouveau de la partie en finale. A la seule différence que cette fois-ci, le Sénégal est prévenu. 

Sur le même sujet

07 févr. 2022 à 08:46
1 min
03 févr. 2022 à 21:52
1 min

Articles recommandés pour vous