RTBFPasser au contenu

Monde

Campagne 2007 de Nicolas Sarkozy financée par Kadhafi: la "preuve" de Mediapart

Campagne 2007 de Nicolas Sarkozy financée par Kadhafi: la "preuve" de Mediapart
28 avr. 2012 à 14:25 - mise à jour 28 avr. 2012 à 19:511 min
Par Julien Vlassenbroeck

Mediapart précise que le document leur a été transmis par "d’anciens hauts responsables du pays, aujourd’hui dans la clandestinité".

D’après ce document il apparaît qu’en décembre 2006, le régime libyen avait bel et bien décidé "d’appuyer la campagne électorale" de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007, à hauteur de cinquante millions d’euros.

Le document, une note des services secrets libyens datée du 10 décembre 2006, est signé par Moussa Koussa, l’ancien chef des services de renseignements extérieurs de la Jamahiriya.

Toujours d’après le site d’information dirigé par Edwy Plenel, "un accord ‘sur le montant et les modes de versement’ aurait été validé quelques mois plus tôt par Brice Hortefeux", qui était ministre délégué aux collectivités locales.

Le directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, Bachir Saleh, qui dirigeait l'un des fonds d'investissement financier du régime libyen, aurait, lui, été chargé de superviser les paiements.

Les indices s'accumulent

A la mi-mars déjà, des informations publiées par le site d’information Mediapart renforçaient l’hypothèse d’un financement de la campagne électorale du président français en 2007 par le régime libyen renversé fin 2011.

Une note versée par la police française dans un dossier d’instruction indiquait en effet qu’un marchand d’armes aurait mis en place les "modalités de financement" de ladite campagne par le clan Kadhafi.

Un an plus tôt, Seif Al-Islam, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, avait déclaré dans une interview télévisée: "Il faut que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale".

"C'est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve", avait également déclaré Seif Al-Islam. "Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l'on demande à ce clown, c'est de rendre l'argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu'il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus", avait-il encore affirmé.

Julien Vlassenbroek avec Mediapart

Articles recommandés pour vous