RTBFPasser au contenu

Vivacité

Camille Lellouche : "Toutes les formes de violences qu’une femme peut subir, je les ai subies"

Camille Lellouche : "Toutes les formes de violences qu’une femme peut subir, je les ai subies"
29 nov. 2021 à 16:023 min
Par François Saint-Amand

Interrogée par Sept à Huit, Camille Lellouche a livré un témoignage glaçant sur les violences conjugales dont elle a été victime à 19 ans. Insultes, coups, manipulation, intimidation, viol… la jeune femme fait des révélations qui pourraient heurter la sensibilité de certaines personnes.

Comédienne, humoriste, influenceuse, chanteuse et musicienne… tout semble réussir à Camille Lellouche. Révélée au grand public en 2015 à The Voice France, cette artiste aux multiples talents a gravi les échelons, jusqu’à être récompensée de la Victoire de la musique de la meilleure chanson originale en 2021 pour Mais je t’aime, en duo avec Grand Corps Malade. L’émotion qu’elle tirait de cette interprétation avait déjà touché le public.

Il y a quelques mois, elle a dévoilé N’insiste pas, extrait de l’album A, paru ce 26 novembre. Elle y évoque sans détour la thématique de la violence conjugale qu’elle a elle-même subie alors qu’elle n’avait que 19 ans. "Cette chanson, j’ai dû mal à chaque fois que je la chante, j’ai les jambes coupées à chaque fois. Dès que je parle de ça, mon corps revit des choses. Cette chanson, elle m’abîme plus qu’elle me fait du bien" révèle-t-elle.

Agée aujourd’hui de 35 ans, la chanteuse et comédienne garde encore des séquelles profondes de cette histoire comme elle l’a expliqué à Audrey Crespo-Mara de Sept à Huit.

De l’amour à la violence

C’est dans un lycée de l’enseignement professionnel, en Bac pro commerce, qu’elle rencontre un jeune homme qui lui fera vivre "un enfer". "Pendant deux ans, toutes les formes de violences qu’une femme peut subir, je les ai subies" assure-t-elle.

Si cet homme s’est d’abord montré "séducteur, charmeur, très intelligent", il a "très rapidement" basculé dans la violence. Un mois après le début de leur relation, alors que les deux amoureux se rendent dans la famille de son compagnon au Portugal, ce dernier change radicalement de comportement.

Camille Lellouche quitte la pièce après une blague de mauvais goût sur sa famille, déportée dans les camps de concentration. "Quand je suis revenue 15 minutes après, j’entends au loin 'elle est où cette pute ?'. J’ai un choc. Et je dis 'c’est moi la pute ?'. Il me répond 't’étais où sale pute ?'. Je n’ai pas le temps de réagir qu’il me met une claque, très violente. Il faisait quand même 120 kilos, on était sur un monstre".

La comédienne accepte ensuite ses excuses… Il est trop tard, elle se sent "complètement sous emprise" et les violences ne font que commencer.

"Le rapport au sexe était très violent"

Les violences, Camille Lellouche en subit au quotidien, "les violences psychologiques tous les jours, et physiques tout le temps, trois ou quatre fois par semaine" précise-t-elle à Sept à Huit.

Les séquelles physiques et psychologiques apparaissent sur son corps : elle perd puis prend du poids, elle tombe en dépression. Pendant ce temps, son compagnon dépense son argent, la trompe de manière régulière et parfois même devant elle rapporte LCI.

C’est notamment le fait de ne pas vouloir faire l’amour à son compagnon qui 'déclenche' le tourbillon de violences renseigne l’artiste de 35 ans. "Quand t’as quelqu’un (en face) de très costaud, t’as pas le choix. Quand tu fais 40 kilos, tu ne vas pas loin. On te tient, on t’empêche de respirer […] C’était mon premier amour alors le rapport au sexe, c’était très violent pour moi".

Elle se remémore également très bien une nuit où elle se refuse à ce même homme : "Il m’insulte, il me met des droites dans tous les sens, des coups de coudes dans le dos, et je commence à me pisser dessus. Je lui dis. Il répond 'je m’en fous'. Et il me roue de coups. J’avais un petit pyjama avec des oursons, j’étais jeune. Et j’ai dormi dans ma pisse, par terre, sur le sol, sur le plancher. L’humiliation la plus totale".

"Je pense qu’à ce moment-là, si j’avais eu une arme, je pense que je l’aurais tué. C’est très violent ce que je dis, mais c’est vrai" confie-t-elle.

Que faire en cas de violence conjugale ?

Aujourd’hui sortie de l’emprise de cet homme grâce à sa mère, mais marquée à vie par ce rapport de domination, Camille Lellouche apporte un message aux femmes qui n’osent pas encore se sortir de cette situation.

Elle espère que son témoignage servira de déclic : "Évidemment au premier coup, il faut partir. Mais moi je ne peux pas dire ça alors que je n’ai pas été capable de le faire. Évidemment qu’il faut porter plainte. Moi, je n’ai pas réussi à le faire. Je souhaite que toutes ces femmes arrivent à porter plainte". Plusieurs motifs expliquent toutefois la difficulté à porter plainte comme l’impuissance apprise, l’inversion de culpabilité, voire d’autres types de violences comme les violences économiques ou encore le manque de place en hébergement d’urgence.

► Le numéro vert 'Ecoute Violences Conjugales' 0800/30030 est la pour vous aider si vous êtes victimes de ces violences.

L’actu people, ça se passe sur VivaCité

Pour plus d’actu people, rendez-vous tous les jours dans Le 8/9 sur VivaCité et sur la Une ainsi que dans La Récré de Midi de 12h à 13h sur VivaCité et en replay sur Auvio.

Articles recommandés pour vous