RTBFPasser au contenu

Belgique

C. Fonck: "Il vaut mieux survoler plus de vaches que plus de gens"

C. Fonck: "Il vaut mieux survoler plus de vaches que plus de gens"
02 avr. 2015 à 06:42 - mise à jour 02 avr. 2015 à 09:283 min
Par Julien Vlassenbroeck

Le moratoire sur le plan de survol de Bruxelles, dit "Plan Wathelet", est donc une réalité désormais. Retour à la situation qui prévalait avant ledit plan. "Ce moratoire va soulager certains Bruxellois (ceux de l'ouest et du sud-ouest de la capitale, NDLR) mais va en survoler d'autres (ceux du nord et de l'est principalement, NDLR)", indique l'ancienne secrétaire d'Etat en charge du dossier. "J'avais fait préparer ce moratoire", ce qui a fait gagné du temps tient, estime-t-elle. C'est en effet une des alternatives au plan que l'élue avait proposé.

"J'avais également proposé deux autres routes", notamment vers le nord de Bruxelles, "là où les zones survolées sont moins densément peuplées", tient-elle à rappeler. "Car, il vaut mieux survoler plus de vaches et de terrains agricoles que plus de personnes".

Si l'aéroport tente de se développer sans tenir compte du facteur nuisance, cela entravera son développement à un moment ou à un autre, pense pouvoir prédire la cheffe de groupe centriste. Quoi qu'il en soit, "le ping pong incessant" dans ce dossier doit cesser pour laisser place "à une vraie politique aéroportuaire, sur l'ensemble du pays", prône l'ancienne secrétaire d'Etat à la Mobilité et à l'Energie.

"Spectacle pitoyable"

"Je trouve que le spectacle est assez pitoyable". Les passes d’armes entre gouvernements fédéral et fédérés sur les questions budgétaires ne sont pas du goût de la cheffe de groupe. Quant au contrôle budgétaire récemment effectué par le gouvernement Michel, elle juge que "c’est tout sauf de la bonne gestion". "On a une loi spéciale de financement (LSF) sur laquelle tous les membres de la dernière coalition (parmi lesquels le MR, l’Open Vld et le CD&V, actuellement toujours au pouvoir fédéral, NDLR) étaient d’accord mais elle n’est pas respectée", accuse Catherine Fonck.

Des entorses à la loi spéciale de financement?

En quoi y aurait-il des entorses à cette fameuse LSF selon elle ? Tout d’abord, "il y a un arrêté royal, qui aurait dû être pris par le gouvernement fédéral, et qui définissait la méthode avec laquelle les chiffres devaient être définis. Cela aurait aidé à y voir plus clair mais l’arrêté royal n’a pas été pris", avance-t-elle. Ensuite, "les estimations devaient intervenir au deuxième semestre de 2014. "Cela n’a pas été fait, et le problème intervient aujourd’hui", constate-t-elle. Enfin, en ce qui concerne "la somme de l’impôt des personnes physiques (IPP) à répartir entre fédéral et régions sur base de la nouvelle loi de financement", il y avait, nous dit notre invitée, "un accord pour la fixer à un certain montant. Or, cette somme est aujourd’hui diminuée unilatéralement, par le gouvernement fédéral, de un milliard d’euros", accuse-t-elle.

"Si l’on ajoute à tout cela la différence de deux milliards entre, d’un côté, l’estimation du bureau du plan, organe indépendant, dont c’est la fonction, et, de l’autre côté, les prévisions du SPF Finances qui est sous la tutelle du ministre N-VA des Finances (Johan Van Overtveldt)", cela fait beaucoup de points interpellants qui méritent des éclaircissements de la part du gouvernement Michel, estime la députée issue de l’opposition. "Ce que nous demandons, c’est d’avoir la clarté et des discussions responsables entre adultes", indique l’élue hennuyère.

"Pourquoi est-ce que le gouvernement fédéral s’obstine dans cette voie nébuleuse? Pourquoi nous refuse-t-on une commission Finances avec le ministre du Budget Hervé Jamar (MR) qui ne veut pas venir s’expliquer sur ces différences? Pourquoi n’a-t-on pas de discussions objectives ?", interroge la cheffe de groupe cdH.

Autant de questions qui trouveront peut-être réponse cette après-midi. La députée, entre autres, interpellera le Premier ministre Charles Michel lors des questions orales à la Chambre. Une séance lors de laquelle les questions liées au contrôle budgétaire devraient animer une nouvelle fois les débats.

@julienvlass

Articles recommandés pour vous