RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

C'est quoi, exactement l'inflation ? Et pourquoi ça a aussi des effets positifs?

Le marché matinal

Inflation: quel intérêt économique ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

04 avr. 2022 à 11:28Temps de lecture3 min
Par Estelle De Houck sur base du Marché matinal de Simon Bourgeois

Cela fait des mois que l’indice des prix à la consommation s’envole et atteint des records. En mars, l’inflation belge a même affiché son niveau le plus élevé depuis mars 1983. On parle donc beaucoup de cette notion, si bien qu'il est parfois difficile d’en mesurer la portée. Or, ce concept économique est essentiel pour comprendre la hausse des prix actuelle.

Comme l’explique notre journaliste économique Simon Bourgeois, l’inflation représente simplement l'augmentation du coût de la vie sur un an. "Quand on vous dit qu’en mars, on a eu une inflation record de 8,3%, ça veut dire qu’une paire de chaussures qui coûtait 100 € en mars 2021, coûte aujourd’hui 108,3 €. Elle a donc augmenté de 8,3 €."

Bien entendu, il s’agit d’une moyenne par rapport à l’ensemble de notre consommation. "Peut-être que la paire de chaussures dont on parle a augmenté de 2%. Mais à côté de ça, votre facture d’électricité a augmenté de 40%. Mais au total, le coût de la vie aura donc augmenté de 8,3% en un an."

L’inflation est nécessaire

Pour autant, il ne serait pas souhaitable que les prix restent stables constamment. Une inflation à 0% n’aurait rien d’idéal. Cela peut paraître étonnant, mais pour les banques centrales, l’inflation a plusieurs intérêts.

Tout d’abord, l’inflation est un moteur économique. En d’autres termes, elle encourage à consommer. "Si les prix augmentent, il vaut toujours mieux acheter aujourd’hui que demain. Dans une économie de croissance, l’inflation soutient donc l’activité", souligne Simon Bourgeois. À l’inverse, lorsque les prix restent stables ou diminuent, on attend pour consommer.

Autre vertu de l’inflation : elle aide les gens qui ont un emprunt – et il y en a beaucoup – à le rembourser plus facilement.

"Quand les prix augmentent, ça induit aussi une augmentation des salaires, des revenus. C’est la fameuse indexation automatique des salaires en Belgique", commence Simon Bourgeois. Or, "si vous gagnez plus, vous devez toujours rembourser la même chose, les mensualités de votre emprunt n’ont pas augmenté. Donc, cet emprunt est tout d’un coup plus facile à rembourser. Proportionnellement, il pèse moins dans votre budget."

Et l'on peut pousser le raisonnement dans l'autre sens, comme l’explique Eric Dor, professeur d’économie à l’IESEG, une école de commerce à Lille.

"Imaginez qu’on soit dans une longue période de déflation, c’est-à-dire que les prix baissent et que les salaires aussi doivent baisser pour que les entreprises ne tombent pas en faillite", explique-t-il. "Dans ce cas de figure, vous auriez le poids des 1 000 € qui, eux, resteraient inchangés toute la durée du prêt, qui deviendrait de plus en plus élevé et qui finirait par étrangler le ménage qui n’arriverait plus à payer. "

L’inflation redonne donc du pouvoir d’achat aux gens qui empruntent. Là aussi, ça les incite à consommer.

...mais pas pour tous

Faudrait-il en conclure que l’inflation est bonne pour l’économie ? Pas si vite. Si l’inflation est bonne pour ceux qui empruntent, c’est l’inverse pour ceux qui ont mis de l’argent de côté.

"En Belgique, un livret d’épargne réglementé rapporte au mieux 0,11%, c’est-à-dire presque rien, mais on a une inflation de 8,3%. Donc, ça veut dire que quelqu’un qui avait épargné sur son livret d’épargne il y a un an reçoit juste 0,11% alors que les prix ont augmenté de 8,3%", analyse Eric Dor.

"Cela veut donc dire qu’il a perdu du pouvoir d’achat. Il ne peut plus se payer aujourd’hui avec l’argent qu’il avait investi, même en comptant les intérêts, ce qu’il pouvait se payer il y a un an."

Trouver le juste milieu

D’un côté, l’inflation érode le patrimoine, l’argent qui dort. Et de l’autre côté, elle facilite la vie des emprunteurs, qui sont les grands gagnants. Il faut donc trouver un juste milieu entre les avantages et les inconvénients de cette inflation.

"On considère en général que le juste milieu se trouve autour de 2% d’inflation. En tout cas, c’est l’objectif de la Banque centrale européenne", ajoute Simon Bourgeois. Mais aujourd'hui, nous sommes aux alentours de 8%... Vous l’aurez donc deviné : c’est trop.

Sur le même sujet

La guerre en Ukraine va plomber la croissance mondiale et faire flamber l'inflation, avertit l'OCDE

Economie

Les syndicats devant la FEB le 22 avril pour réclamer de meilleurs salaires

Economie

Articles recommandés pour vous