RTBFPasser au contenu
Rechercher

"C'est désormais la ville la plus sûre du monde!": quand la Chine fait de Wuhan, ville martyr, un "symbole de la victoire" contre le virus

12 oct. 2020 à 15:16Temps de lecture2 min
Par X.L.
© Tous droits réservés

Autrefois déserté au plus fort du confinement, l’aéroport international de Tianhe de Wuhan a repris son activité habituelle, et les visiteurs venus de tout le pays se pressent de nouveau à ses portillons. 

A la sortie du hall des bagages, deux gardes sont censés vérifier les codes QR de chaque arrivant, mais ces derniers semblent plus préoccupés par leur propre smartphone, signe de la décontraction des Wuhanais en cet automne. 

Une nonchalance partagée par ce chauffeur de taxi qui glisse son masque sur le menton pour s’allumer une cigarette. “Wuhan est désormais la ville la plus sûre du monde!”, lance-t-il avec assurance pour rassurer le nouveau venu.

A l’intérieur de son véhicule, un drapeau chinois est accroché à son rétroviseur, vacances de la fête nationale oblige, qui octroie huit jours de congés à l’ensemble de la population. On retrouve ces mêmes drapeaux aux lampadaires de la ville, sur les bâtiments publics ou encore aux portes des habitations privées. 

Wuhan, logée sur les rives du fleuve Yangtsé est passée du statut de martyr à symbole de la victoire de la Chine contre le coronavirus qui a émergé depuis cette ville du centre de la Chine.

La Chine a depuis plusieurs mois endigué l’épidémie sur son sol grâce à de stricts contrôles, au port du masque généralisé, aux mesures de confinement et aux applications de traçage. Seuls quelques nouveaux malades sont recensés chaque jour, la quasi-totalité étant des Chinois revenus de l’étranger et placés en quarantaine dès leur arrivée.

Renaissance et retour des touristes

Ces premières vacances post-COVID19 viennent matérialiser cette renaissance. “Après tout ce que cette ville a vécu, je voulais absolument voir de mes propres yeux comment Wuhan s’est remise à vivre”, insiste une jeune femme venue de Shanghai au pied de la Tour de la grue jaune, devenue miraculeusement un des sites les plus visités de cet automne alors que les frontières chinoises sont toujours fermées pour se prémunir du virus.

Les autorités locales font tout pour attirer les visiteurs en ouvrant notamment la gratuité à plus de 400 de ses sites touristiques, une initiative qui ravit les vendeurs ambulants. “On attendait le retour des touristes depuis tellement longtemps, les ventes ont enfin pu reprendre”, lâche dans un sourire une vendeuse de pin’s. Plus loin, un restaurateur tempère : “Il y avait deux fois plus de personnes l’an dernier à la même période”.

Pourtant, les ruelles de Hubu, connues pour ses mets variés, sont déjà noires de monde. Même topo chez un vendeur d’oeuvres d’art de la ville, à deux pas du centre historique. “Les visiteurs sont revenus en effet, mais ils achètent beaucoup moins qu’avant, je fais 50% de mon chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier”. Mais de l’aveu de tous les Wuhanais, il y a une certaine allégresse à revoir leur ville reprendre vie après les 76 jours de confinement enduré cet hiver.

© Tous droits réservés

Le soir, les restaurants sont de nouveaux bondés et les clients fument et boivent dans les bars de la mégalopole. Les marchés de nuit comme les stands de street food ont repris leur habits de lumière et les gratte-ciels scintillent de mille feu. “Nous sommes heureux d’accueillir tout ce monde et sommes très fiers de montrer le vrai visage de notre ville”, confie un photographe amateur subjugué par ce spectacle. 

Articles recommandés pour vous