RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Hainaut

Bye Bye Future ! et l'Aquascope de Virelles deux sorties qui font écho à la période particulière du Covid-19

L'expo Bye Bye Future! résonne particulièrement en cette période.
13 août 2020 à 08:25Temps de lecture1 min
Par Sarah Libbrecht

Durant tout l’été, les 7 décrochages régionaux de Vivacité mettent un coup de projecteur sur la presse locale. La RTBF vous propose le regard et la plume des journalistes de terrain, en Wallonie et à Bruxelles dans le cadre "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés par la crise du Covid-19.

Cette semaine, le magazine Moustique propose plusieurs idées sorties. Parmi celles-ci deux se trouvent la région de Charleroi. La première est une exposition au musée royal de Mariemont. Une expo qui prend tout son sens dans le contexte actuel. "C’est Bye Bye Future ! , une expo très contemporaine. Elle propose de découvrir comment les artistes du passé ont vu le futur. Et on y interroge des artistes contemporains. Il y a des références aux écrivains et artistes du passé", explique Paulette Nandrin, journaliste pour Moustique.

Autre idée de sortie, l’Aquascope de Virelles. A première vue, ces deux sorties n’ont rien à voir en commun et pourtant l’idée balade à l’Aquascope de Virelles fait aussi écho à la période particulière que nous vivons. "J’ai fait le constat que durant le confinement, beaucoup de monde a retrouvé un attrait pour les oiseaux. Avec le silence qui régnait en ville, beaucoup de monde a entendu les oiseaux qui chantaient. On s’est demandé pourquoi ils chantent, comment,…" Pour répondre à ces questions, Paulette Nandrin a interviewé le conservateur de l’Aquascope. "Je me suis axée sur Virelles car c’est un magnifique espace où les oiseaux nichent et sont bien à l’aise, où on peut les observer sans les déranger." L’observation des oiseaux peut s’entreprendre très facilement. "Par exemple en participant à des balades à l’Aquascope de Virelles ou avec Natagora, cela permet d’apprendre à reconnaître des oiseaux. Il existe aussi de petits atlas, des applis,…"

Envie d’en savoir plus sur ces deux articles ? Retrouvez-les dans le Moustique de cette semaine.

Articles recommandés pour vous