RTBFPasser au contenu

Burundi: le Conseil de sécurité de l'ONU inquiet des violences

Le jour des élections à Bujumbura
11 août 2015 à 10:171 min
Par Belga News

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté lundi le gouvernement du Burundi à renouer immédiatement le dialogue avec l'opposition pour mettre un terme à la spirale de violences qui frappe le pays africain.

"Les membres du Conseil ont exprimé leur profonde inquiétude face à la situation politique et sécuritaire au Burundi et appelé à une reprise immédiate d'un dialogue ouvert afin d'atteindre une paix durable", a déclaré à la presse l'ambassadrice à l'ONU du Nigeria, Joy Ogwu.

Les quinze membres du Conseil ont soutenu la proposition du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon d'envoyer un médiateur au Burundi, lors d'une réunion d'urgence à huis clos demandée par la France, selon des diplomates présents.

L'ambassadrice du Nigeria, qui tient la présidence tournante du Conseil, a assuré aux journalistes que Ban Ki-Moon enverrait bientôt un médiateur.

Le Burundi est plongé dans une grave crise politique et s'enfonce dans la violence depuis l'annonce fin avril de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, dénoncée par l'opposition, la société civile et l'Eglise catholique.

Au moins 94 morts depuis le début de la crise

Le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les droits de l'homme, Ivan Simonovic, a indiqué au Conseil qu'au moins 94 personnes ont été tuées depuis le début de la crise en avril.

Environ 600 personnes ont été interpellées ou arrêtées et 40 cas de torture aux mains de la police ont été dénoncés, a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis avaient brandi vendredi la menace de sanctions ciblées contre les responsables présumés des violences, exhortant eux aussi le pouvoir et l'opposition à dialoguer sous médiation internationale.

Le dialogue entre le gouvernement et l'opposition est suspendu depuis le 19 juillet, deux jours avant la présidentielle.

 

Sur le même sujet