RTBFPasser au contenu

Belgique

Budget wallon refusé par l'ICN: André Antoine dément

Budget wallon refusé par l'ICN: André Antoine dément
19 janv. 2013 à 06:58 - mise à jour 19 janv. 2013 à 18:402 min
Par Adrien de Callataÿ
La nouvelle du refus de l'ICN n'est pas encore officielle, mais si elle se confirme comme le gouvernement s'y attend, la Wallonie est dans le pétrin. Plusieurs chantiers, dont le tram de Liège, se verraient ainsi menacés. Seule consolation (mineure) : la Flandre, Bruxelles et le fédéral sont dans le même bateau.
 
Mais André Antoine, ministre du Budget, conteste ce scénario : "Jusqu'à présent, la Sofico (qui peut mobiliser des fonds propres) a toujours bénéficié d'un accord au fédéral, d'un accord du Conseil supérieur des finances et de l'accord de l'ICN lui-même", explique le ministre André Antoine. "Il est vrai qu'une rumeur court, selon laquelle les comptes de la Sofico pourraient être requalifiés et intégrés au budget wallon". Toutefois, "je tiens à préciser que l'ICN n'émet d'avis que sur les comptes des institutions publiques. Il ne statue pas sur les budgets et ne dispose pas de capacité de censure", affirme le ministre. Dans le cas où les comptes de la Sofico seraient incorporés au budget, "nous sommes déterminés à nous y opposer, mais cela ne perturberait pas l'équilibre de nos soldes", ajoute-t-il. Par ailleurs, "les chantiers cités dans le reportage comme étant menacés - celui de la E42 et du tram de Liège - ont fait l'objet de marchés publics qui ont été effectués dans les délais. En aucun cas, ils ne seront interrompus", conclut-il.
 
La Sofico assume le coût énorme de la remise à niveau du réseau routier et autoroutier wallon. Si cet investissement était désormais compté comme une dette, il plombera pour de bon le budget wallon, empêchera le retour à l'équilibre obligatoire en 2015 et aggravera le niveau d'endettement de l'État belge.
 
André Antoine confirme : "Depuis sa création, la Sofico a bénéficié d'un accord au fédéral, d'un accord du Conseil supérieur des finances et de l'accord de l'Institut des comptes nationaux lui-même. Et très clairement, si l'ICN confirme son intention, je compte bien m'y opposer", affirme-t-il au micro de la RTBF. 
 
La Wallonie contre-attaque
 
Face à cette situation, il n'y a pas 36 solutions. Soit la Wallonie renonce à rénover ou entretenir ses routes, soit elle sacrifie des investissements comme le tram à Liège, soit encore elle contre-attaque. Et c'est ce qu'elle va faire.
 
La Région a déjà mis sur le coup avocats et experts pour préparer des recours. Elle n'est d'ailleurs pas seule à fourbir ses armes.
 
Incidemment, on apprend que l'ICN a aussi dans son collimateur la Société Régionale d'Investissement Bruxelloise et son équivalent flamand. Le fédéral aussi est menacé pour la recapitalisation de Dexia. 
 
Bref, partout on se prépare à ce qui pourrait être un clash.
 
Belga avec Carl Defoy

Le budget wallon à revoir?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous