RTBFPasser au contenu

Belgique

Budget: "Nous sommes arrivés à l'objectif", affirme A. Antoine

Budget: "Nous sommes arrivés à l'objectif", affirme A. Antoine
13 déc. 2012 à 08:21 - mise à jour 13 déc. 2012 à 08:292 min
Par Wahoub Fayoumi

Discussion en forme de petit mélodrame, mardi. L’opposition a relevé plusieurs erreurs dans les documents présentés en commission du budget du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. André Antoine l’admet : il y a eu quatre erreurs qui ont été corrigées. Mais le ministre du Budget précise : "Aujourd’hui, la fédération Wallonie-Bruxelles et la Région wallonne devaient réaliser, tenez-vous bien, 600 millions d’euros d’économies !"

Pour le ministre, il faudrait saluer le travail accompli par le gouvernement, qui représente "quatre fois plus que les économies réalisées à l’époque par Laurette Onkelinx, avec les manifestations dont vous vous rappelez". En faisant "le choix de ne pas pratiquer de nouvelles recettes au détriment des citoyens (…) nous sommes arrivés à l’objectif", insiste-il.

Aéroports wallons: "la jalousie est mauvaise conseillère"

Mais l’effort n’est pas terminé. La Banque Nationale vient en effet d’indiquer de nouveaux chiffres de croissance, rappelle André Antoine. "Il n’est pas exclu que nous devions réaliser des économies des efforts entre 100 et 130 millions d’euros pour l’année 2013; c’est dire la difficulté", ajoute-t-il.

Deux autres sujets d’actualité touchent directement aux prérogatives budgétaires du ministre André Antoine. La première polémique a été révélée hier suite aux reproches d’Alexander De Croo (Open-Vld) en gouvernement fédéral. Le ministre flamand des Pensions pointe les avantages économiques dont bénéficie l’aéroport de Charleroi.

L’"attitude de De Croo (...) rappelle d’autres comportements d’élus flamands, qui n’ont jamais admis, et qui n’admettent toujours pas, le succès des aéroports wallons", rétorque le ministre wallon du Budget. Et de rappeler que l’aéroport de Liège dépasse celui de Zaventem en termes de fret, alors que celui de Charleroi connait une importante croissance de fréquentation. André Antoine explique les différences avec l’aéroport national par des spécificités en termes de coûts d’exploitation. "Je ne comprends pas que certains élus flamands, dont Monsieur De Croo se plaignent du succès wallon! Ils devraient s’en réjouir", réagit le ministre. "Et j’ajoute, franchement, la jalousie est mauvaise conseillère", conclue-t-il.

Enseignement supérieur:il va falloir négocier

Le second dossier médiatique est celui de l’enseignement, ces dernières semaines. Le projet du ministre Jean-Claude Marcourt (PS) de faire passer à cinq années la durée des études d’enseignant fait réagir André Antoine : "Probablement que cette réforme en rythme de croisière devrait atteindre les 400 ou 450 millions d’euros ; et aujourd’hui je cherche la voie pour rendre compatible cette dépense avec la fédération",  précise-t-il.

En ce qui concerne la réforme des études supérieures, si André Antoine dit ne pas tout rejeter -la coupole Ares, par exemple– il ajoute : "Si l’on veut rapprocher les différentes universités pour partager les infrastructures très bien ; faut-il pour autant engager une rupture entre Bruxelles et Brabant Wallon ? ", demande-t-il. "Faut-il que dans un pôle il n’y ait qu’un seul référant ?", ajoute le ministre. Bref, le projet du ministre socialiste de l’Enseignement supérieur devra encore s’affiner pour que le ministre du Budget y adhère.

W. Fayoumi

Articles recommandés pour vous