RTBFPasser au contenu

Belgique

Budget: "Le scarificateur peut être dynamique" selon André Antoine

André Antoine: "Le scarificateur peut être dynamique"
25 avr. 2013 à 06:57 - mise à jour 25 avr. 2013 à 07:182 min
Par Alain Lechien

Le gouvernement wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles doit trouver 250 millions d’euros dans le cadre de l’ajustement budgétaire. La volonté du ministre wallon du Budget André Antoine est de ne pas créer d’impôt nouveau : "La première mission du gouvernement est l’assainissement des finances publiques, nous souhaitons arriver en 2015 à l’équilibre dépenses-recettes", rappelle-t-il au micro de Bertrand Henne. "N’oublions pas qu’en 2015 nous allons accueillir de nouvelles compétences pour lesquelles le Fédéral ne va pas transférer la totalité des moyens. Nous ne pourrons donc pas en même temps assainir les finances par rapport à la situation que nous connaissons aujourd’hui, et en même temps faire des efforts pour financer des compétences pour lesquelles nous n’aurons pas de moyens. Et l’autre grande mission que nous nous sommes donnée c’est le plan Marshall et le redressement de la Wallonie. Ce plan donne ses effets, c’est la meilleure réponse que nous puissions offrir à nos concitoyens, au Fédéral et à nos amis flamands. Depuis 1963, c’est la première période où la Wallonie fait mieux que la Flandre en matière de création d’emplois : le plan Marshall, c’est 46388 emplois créés. Nous faisons mieux en matière de croissance et d’évolution des revenus. Nous avons moins de chômeurs aujourd’hui qu’avant la crise financière et économique" poursuit André Antoine.

Un scarificateur dynamique

Dans sa quête aux millions, le ministre cdH souhaite qu’on ne touche pas à la compétitivité des entreprises wallonnes pour leur permettre de conserver les marchés qu’elles avaient reconquis. Où trouver de nouveaux moyens financiers ? "La relance, c’est le plan Marshall et les cofinancements européens, nous leur réservons 500 millions. Ce serait évidemment sot d’aller enlever le moindre million dans ces compétences alors qu’elles participent au redressement économique et social de la Wallonie. Je ne souhaite pas de recettes nouvelles parce qu’elles toucheraient soit à la compétitivité des entreprises, soit au pouvoir d’achat. Donc il faudra réduire nos dépenses cette année-ci et l’année prochaine. C’est pour cela que j’utilise l’image du scarificateur: il appartiendra à chacun des ministres, dans le parterre dont il est le responsable, d’éliminer les mauvaises pousses et la mousse qui empêche l’herbe productive qui est liée au redressement de la Wallonie. Le scarificateur peut être dynamique parce qu’il peut susciter de bonnes récoltes demain" conclut André Antoine.

A.L. avec B. Henne

André Antoine (CDH) dans Matin Première - B. Henne

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

11 juil. 2013 à 18:14
2 min
21 avr. 2013 à 10:53
2 min